Certains l'aiment Fip : Les Polars
Usual Suspect de Bryan Singer (1995) avec une musique de John Ottman

Mercredi 2 novembre à 20h, FIP vous embarque pour deux heures de voyage musical et cinéphile sous haute tension.

FIP met le cinéma sur écoute et invite les auditeurs à une balade dans l’imaginaire musical d’un cinéaste, d’un genre ou d’un compositeur de BO. Mercredi 2 novembre à 20h, FIP vous plonge dans cet univers musical cathodique. Une émission présentée par Susana Poveda, réalisée par Denis Soula et mise en musique par Armand Pirrone.

De ses origines avec les films muets à aujourd'hui, le polar a toujours constitué une source d’inspiration inépuisable pour les réalisateurs de tous les continents. Ambiances sombres, suspense, rebondissements, personnages hauts en couleurs, violence, romance; tout les ingrédients d'un bon film sont réunis dans le polar. Il faut bien sûr y rajouter la musique qui accompagne les moments forts de l’action, suggère, avec ses motifs et autres leitmotifs, le climat voire identifie les personnages comme chez Morricone.

Car que serait l'inspecteur Jacques Clouseau sans celui de Henry Mancini? Où serait l'athmosphère d'Ascenseur de Louis Malle pour l'échafaud sans Miles Davis?  Le suspense chez Hitchcock sans les musiques de Bernard Herrmann ou Lynn Murray, "Bullit" sans Lalo Schifrin, Michael Mann sans Tangerine Dream et Goldenthal, L'Arnaque sans Scott Joplin ou le Parrain sans Nino Rota ?

Retrouvez dans cette playlist quelques uns des grands thèmes du polar :

A lire et écouter aussi : Spéciale Bandes Originales Films d'Espions & Policiers ►►

Le polar au cinéma est né dans les années 30, la prohibition offrant un cadre parfait pour les histoires de gangsters et autres Hors-la-loi . Dès le début c'est bien sûr le jazz qui est associé au genre cinématographique et à son atmosphère nocturne et urbaine. Dans les années 40 et 50 le jazz contribue au mythe du polar US mais s'exporte aussi auprès des réalisateurs français en même temps que la fameuse collection littéraire "Série Noire". Peu à peu les réalisateurs vont faire appel à de grands compositeurs comme Bernard Hermann, Ennio Morricone, Nino Rota... et comme pour les autres genres cinématographiques suivre les tendances musicales du moment. Certains comme Tarantino vont faire de leur BO des véritables compilations de pépites datées. D'autres comme Michael Mann ou Scorsese vont associer compositions originales et titres empruntés au répertoire populaire. Mais le jazz et ses dérivés sont restés dans l'imaginaire LA musique du polar et continue d'être utilisée par nos réalisateurs contemporains.

Programmation musicale

20h01

Nuit Sur Les Champs Elysees (take 2)

Par : Bo/ascenseur Pour L Echafaud

Album : 

ASCENSEUR POUR L'ECHAFAUD (1958)

20h13

Main Title

Par : Yardbirds

Album : 

BOF / BLOW-UP (1966)

20h15

Jane S Theme

Par : Herbie Hancock

Album : 

BOF / BLOW UP (1966)

20h23

L'affaire Thomas Crown (film) : The Windmills Of Your Mind

Par : Noel Harrison

Album : 

FILM / La musique au pluriel - Cinéma / Vol.3 (2012)

20h26

It S Just A Game Love

Par : Billy Preston

Album : 

BOF / LE CRIME C EST NOTRE BUSINESS THE SPLIT (2009)

20h37

Didn T I Blow Your Mind This Time

Par : The Delfonics

Album : 

BOF/ JACKIE BROWN

20h45

On Your Feet Boy

Par : Bo/dans La Chaleur De La Nuit

Album : 

BOF : IN THE HEAT OF THE NIGHT ET THEY CALL M (1967)

20h54

Touch Of Evil : Flashing Nuisance

Album : 

BOF / Jazz on film, noir (2011)

20h57

My Man

Par : Billie Holiday

Album : 

THE BILLIE HOLIDAY SONGBOOK (1952)

21h07

Texas Motel

Par : Joanne Higginbottom

Album : 

BOF / KILLER JOE (2012)

21h09

Requiem Pour Un Con

Par : Serge Gainsbourg

Album : 

LE PACHA (1968)

21h11

Bonnie And Clyde

Par : Marie France

Album : 

MARIE FRANCE VISITE BRIGITTE BARDOT (2009)

21h21

Chez Max Coiffeur Pour Hommes

Par : Alain Bashung

Album : 

L HOMME A LA TETE DE CHOU (2011)

21h41

Body And Soul

Par : Tony Bennett/amy Winehouse

Album : 

BODY AND SOUL (2011)

21h52

Angel Eyes

Par : Frank Sinatra

Album : 

SONGS FROM THE HEART (1958)

Commentaires