Menu
Écouter le direct

Sex in the Vinyle, C'est Magnifip !

Publié le
Replay émission du 31 janvier 20172:33:53
Polydor
Polydor ©undefined

Le 31 janvier à 20h C’est Magnifip ! sera hot ! Sans totem ni tabou, on vous offre un plongeon voluptueux au cœur du sexe qui s’épanche sur ces galettes démodées revenues enchanter nos platines.

FIP explore un nouvel itinéraire et donne rendez-vous chaque mardi à 20h aux auditeurs pour une nouvelle échappée musicale. Une émission animée par Emilie Blon-Metzinger et réalisée par Massimo Bellini.

Mardi 31 janvier de 20h à 22h la programmation musicale de Milena Rousseau sera exceptionnellement diffusée en direct et en vinyle. De Serge Gainsbourg à Prince, en passant par Aka, The Stooges, Ike et Tina Turner, NTM, Nato, Queen ...FIP décline en toute légèreté son attirance pour le sexe dans toutes ses gammes. Deux heures durant, ça jazz, ça rock, ça groove, ça bande originale sans complexe. Fip se fait glamour, sensuelle, érotique, lubrique et surfe sur les vagues qui parcourent votre échine. Pâmoison assurée !

Quoi de plus sexy qu’un sillon de vinyle noir craquant littéralement pour le saphir qui le parcoure de A à B ! On le croyait ringard et dépassé, mais le voici "en pleine bourre" le vinyle, tellement que ça vaut bien un petit détour par son passé glorieux.

Au milieu du 19ème siècle plusieurs scientifiques comme Charles Cros, Emile Berliner ou Thomas Edison cherchaient à enregistrer du son pour le restituer. C’est Edison qui déposa le premier brevet de phonographe en 1877. Le son est alors gravé sur un rouleau en étain. Ces cylindres sont remplacés par les disques plats en verre, en zinc, en ébonite enduits de cire. Le 78 tours ( par minute) succède au disque à saphir à gravure verticale de 90 tours. Commercialisés entre 1920 et 1950, ces disques de 25 ou 30 cm de diamètre parcourus par un sillon microscopique en spirale, avec, en général, un morceau par face, se font piquer la vedette par le microsillon.

Sex Pistols - Vinyl rose
Sex Pistols - Vinyl rose ©Radio France

Le voici notre fameux disque phonographique vinyle !

Le premier microsillon est édité en 1946 par la firme Columbia. Il comporte des œuvres de Mendelssohn et de Tchaïkovski. En France, le procédé est importé par Eddie Barclay. Remplacés par les disques compacts à partir de 1982 et détrônés par l'arrivée du MP3 et de la musique dématérialisée, on les croyait disparus à jamais mais les vinyles réapparaissent dans les années 2000. Un peu dépités d'avoir jeter nos vieilles platines, on se réjouit tout de même d'exhumer nos bijoux d'antan et leurs pochettes évocatrices.

Angie - Rolling Stones
Angie - Rolling Stones ©Radio France

Et pour vous mettre l'eau à la bouche, voici un petit aperçu de ce qui vous attend sur la fréquence généreuse et libre de FIP :

" Do you like sex ?... YES ! " Aka

Shake me, chanté par le groupe de hard indonésien des années 70, Aka, très influencé par Stepenwolf, Grand Funk Railroad, Jimi hendrix et notamment James Brown, qui lui, mettait le feu aux neurones avec son Sexy, sexy, sexy paru en 45 tours en 1973.

En décembre 1971, le couple sulfureux Gainsbourg - Birkin sortait La décadanse, en 45 tours et tout comme avec le titre Je t’aime moi non plus, provoquait quelques critiques acerbes. Voici un extrait filmé au Saint Hilaire le 7 janvier 1972 avec Serge et Jane faisant la démonstration de leur décadanse à l'époque des temps heureux. En 1987, George Michael faisait scandale avec I want your sex, le premier extrait de son album solo censuré par la BBC et MTV :

On creusera aussi le sillon du Sexy MF de Prince avec le groupe New Power Generation, issu du disque Love Symbol Album et publié en tant que premier single du dit album le 30 juin 1992. On se délectera de l'introduction musclée de I wanna be your dog et du riff de trois notes qui parcoure la chanson jusqu'à sa conclusion, et bien sûr, de l'interprétation animale de l'"iguane" subversif endossant la peau d'un chien :

Pour s'évanouir sur une note plus glamour, réjouissons-nous de l'interprétation douce et mutine de l'actrice, chanteuse et créature de rêve Julie London, révélée au public dans le film La blonde et moi (1956) de Frank Tashlin dans lequel elle interprète Cry me a river (repris plus tard par Shirley Bassey, Ella Fitzgerald, Joe Cocker, Viktor Lazlo, Diana Krall ...) qu'à l'occasion nous préférons lorsqu'elle susurre Do it again.

" Do it again and again, again, again ! " Julie London