Menu
Écouter le direct

Les solos, C'est Magnifip !

Publié le
Replay émission du 23 février 20162:06:36
Jimi Hendrix à Stockholm en 1967
Jimi Hendrix à Stockholm en 1967 ©undefined

De solos légendaires en morceaux mythiques, mardi 23 février à 20h, C'est Magnifip vous propose une échappée musicale vers des moments de musique qui ont offert aux artistes leurs moments d'éternité.

Mardi prochain, de 20h à 22h, FIP, en connexion avec vos souvenirs, déniche pour vous quelques perles, quelques solos remarquables qui ont éveillé les esprits, quelques titres d'anthologie... Une émission présentée par Frédérique Labussière et réalisée par Hanna El Fakir. La programmation musicale est signée Thomas Curbillon.

Quand on évoque les solos remarquables qui ont marqué l'histoire de la musique, on pense d'emblée à ceux de Jimi Hendrix sur l’emblématique Stratocaster au vibrato unique, et particulièrement lors de son concert à Woodstock en 1969 :

Autres solos hallucinants pour l’époque, ceux de Jaco Pastorius qui a révolutionné l’approche de la basse électrique n’ayant jusqu’alors bien souvent, qu’un rôle d’accompagnement. Il explorait toutes les ressources rythmiques, mélodiques et harmoniques de l’instrument, jouant simultanément des thèmes, des accords et des effets percussifs, notamment au sein du groupe Weather Report, fondé par le claviériste Joe Zawinul. Le morceau Birdland sorti sur l’album Heavy Weather, a marqué la carrière du groupe et est devenu un standard. Voici un solo du bassiste fou sur scène en 1978 :

Les concerts de Keith Jarrett sont des moments uniques qui tiennent le public en apnée, d’autant plus que le pianiste ne supportant aucun bruit ou chuchotement, est capable de quitter la scène au moindre bruissement. Voici des images captivantes d'un concert à Tokyo où, comme à son habitude, il est totalement habité par ce qui va advenir :

On pense aussi bien sûr au pianiste Brad Mehldau, adepte des improvisations les plus audacieuses dans lesquelles il combine l'esprit du classique et celui du jazz avec une rare sensualité. Sa récente actualité discographique est un coffret de 8 vinyles « [10 years solo live](http://Brad Mehldau - Waltz for J. B.) », sorti en octobre dernier et comprenant 19 enregistrements de la dernière décennie, captés au cours de ces concerts en Europe. A découvrir ici lors d'un concert au Festival de Jazz à Vienne :

La batterie a aussi ses solos, voici un extrait de plus de 7 minutes du très gracieux et charismatique magicien Joe Jones né en 1923 et mort en 1985. Il était aussi saxophoniste, danseur et pianiste. Il a révolutionné le jeu de la batterie et développé son propre style, le "four beat", qui réunissait deux approches rythmiques en un seul phrasé de 4 temps.

On écoute le jeu aérien et nuancé "Papa Jo" en 1969, sur le standard des standards "Caravan" de Duke Ellington. L'orgue de Milton Buckner reprend le thème en fin de chorus.Extrait d'un film de Louis Panassié, "L'Aventure du jazz" :

De Jeff Beck dans Goodbye pork pie hat au Beat it de Michael Jackson, en passant par Coleman Hawkins sur Body and soul ou le tube planétaire de Lou Reed, Walk on the wild side, découvrez la programmation unique de C'est Magnifip, mardi 23 février de 20h à 22h.