Menu
Écouter le direct

Les Love Songs C’est Magnifip !

Publié le
Replay émission du 13 décembre 20162:00:55
 © Catherine Carette
© Catherine Carette ©undefined

Le 13 décembre à 20h, C’est magnifip ! vous invite à une échappée organique au cœur des grandes déclarations, des aventures féeriques ou déçues, en parcourant les chansons incontournables de nos amours toujours uniques.

FIP a toujours transporté ses auditeurs ailleurs… en connexion directe avec leurs émotions, leurs souvenirs et leurs désirs. Créatrice d’évasion, FIP explore un nouvel itinéraire et donne rendez-vous aux auditeurs pour une échappée musicale avec chaque semaine un thème une destination différente. Une émission animée par Emilie Blon Metzinger et réalisée par Massimo Bellini.

Mardi 13 décembre de 20h à 22h, C'est Magnifip ! explore les partitions qui font battre les coeurs à l'unisson, les grandissent ou les blessent. De Let's stay together de Al Green à Creep de Radiohead en passant par My baby just care for me par Mel Tormé ou encore Un homme, une femme chantée par Ella Fitzgerald ou Patricia Barber, la programmation musicale d'Alexandred Desurmont se joue joliment de nos sentiments.

L' amour se murmure ou se crie. Il est puissance, désir et manque à la fois, source de joie ou de torture. Il est le sel de l'existence : " La vie est la fleur dont l'amour est le miel ", écrivait le romantique Victor Hugo. Il provoque l'euphorie, l'optimisme, l'hyperactivité et enlève l’inhibition. L'hormone du bonheur est au rendez-vous et met du soleil à tous les coins de rue. On libère les endorphines, adrénaline, testostérone, ocytocine, lulibérine ... on ne se passe plus de l'autre et de son regard..

Et ce "je t'aime" universel, que l'on prononce comme un cadeau ! savons-nous bien ce qu'il signifie ?

Si l'on en croit le philosophe Jacques Lacan, l'amour ne serait qu'illusion :

"L'amour, c'est offrir à quelqu'un qui n'en veut pas quelque chose que l'on n'a pas". Jacques Lacan

Et maintenant, allons faire un tour du côté de la poésie sensuelle et érotique de Guillaume Apollinaire, James Joyce, Breton, Pierre Louÿs, Paul Eluard ou encore Georges Bataille avec L'Or d'Eros, une lecture musicale voluptueuse d'Arthur H que FIP recevait dans ses studios en mai dernier, à l'occasion de ses 50 ans. Avec l'ami Nicolas Repac, il rend un hommage cru et tendre aux auteurs les plus libres et les plus sulfureux du 20ème siècle :

Et comme il n'y a point d'amour sans peines, C'est Magnifip ! vous balade de l'amour fou à la rupture, de l'extase à la solitude, de ses yeux verts à ses yeux gris, lorsque l'amour s'en va.

"Cette chanson est née d'une vision presque cinématographique que j'ai eue un jour d'un homme et d'une femme face à face, les yeux dans les yeux sur une plage froide quelque part dans le nord de la France. Elle le quitte, il le sait, il n'y a rien à faire " dixit Le Larron :

Au diable les peurs, les jalousies, l'important c'est l'ivresse. Et rien de tel que l'appel de Marvin Gaye pour guérir tous les maux :