Menu
Écouter le direct

Le Sexe, l’Amour et la Sensualité, C’est Magnifip !

Publié le
Replay émission du 27 septembre 20162:03:12
L’Instant désiré de Jean-Honoré Fragonard  - Collection George Ortiz
L’Instant désiré de Jean-Honoré Fragonard - Collection George Ortiz ©undefined

Le 27 septembre C’est Magnifip ! vient chatouiller votre oreille interne deux heures durant.

FIP explore un nouvel itinéraire et donne rendez-vous chaque mardi à 20h aux auditeurs pour une nouvelle échappée musicale. Une émission animée par Emilie Blon-Metzinger et réalisée par Massimo Bellini. La programmation musicale est signée Armand Pirrone.

Mardi 27 septembre de 20h à 22h, C’est Magnifip ! fait sensiblement grimper le mercure de son studio, en explorant l’alpha et l’omega de l’existence humaine. Potentiomètres et membranes de microphones seront maniés avec délicatesse et humour afin de vous balader en toute légèreté et en trois temps, dans les délices d'une programmation musicale se glissant de la Sexuality de Prince à la Sensuality de Lee John en passant par La vie, l’amour c’est dingue de Jacques Dutronc, Raccrochez c’est une horreur chanté par Jane Birkin ou encore Love on the beat de Serge Gainsbourg :

Si l’on en croit la théorie freudienne qui accorde une place primordiale à la libido dans notre vie psychique, la sexualité n’est pas un long fleuve tranquille. Et si j’écoute ma grand-mère, non plus. Néanmoins, pour l’heure, penchons-nous sur la théorie du sexy singer Marvin Gaye, qui ne vivait que pour les femmes, la cocaïne et les belles voitures et pour qui le sexe, apportant la proximité et le dialogue, est le remède à tous les maux. Dans les albums What’s going on (1971), Let’s get it on (1973) et I want you (1976), il exprime très clairement son attirance prononcée.

« J’aime le sexe et j’aime en expérimenter toutes les facettes. Je m’efforce de rendre une femme heureuse de toutes les manières possibles. Et je ne vois pas pourquoi je m’interdirais d’exprimer cela musicalement ». Marvin Gaye

Ecoutons son premier single (depuis son départ de la Motown), on ne peut plus aphrodisiaque : "Maintenant laissons nous aller. Bébé je suis chaud comme un four….je veux une guérison sexuelle " :

Le sexe et l'amour sont disjoints mais lorsqu'ils se rencontrent c'est le Nirvana ! Pas de sexe sans amour ?. A chacune, chacun sa réponse. L’Eros, l’amour-passion que l’on éprouve lorsque l’on tombe amoureux, ce sentiment qui nous fait s’ouvrir à l’invention, à l'étonnement, on l'espère simple et sans ombrages.

" C'est un peu comme une chanson, une musique qui balance. C'est doux comme une pluie d'enfance, l'amour avec lui. C'est comme au jeu de cache-cache, sans prison, sans liens, sans attaches, l'amour avec lui " Catherine Leforestier

Mais comment allier passion et indépendance ? désir de fusion et liberté individuelle ?


Le film Jules et Jim, réalisé par François Truffaut en 1962, explore le thème du triangle amoureux et celui du tourbillon qui en résulte. Bassiak, qui incarne le personnage d'Albert accompagnant Jeanne Moreau à la guitare dans le film, est l'auteur de la chanson Le tourbillon de la vie. Il l'aurait en fait écrite sept ans auparavant en observant le couple que la comédienne formait avec Jean-Louis Richard. Aujourd'hui le titre culte virevolte encore dans nos mémoires lorsqu'elles ne flanchent pas :

Après avoir décliné sur tous les tons sexe et amour et cette envie irrépressible de s'imprégner l'un de l'autre, C'est Magnifip ! s'insinue dans les replis de la sensualité. Une odeur, un regard, un sourire, un verre de vin, un mot seul, un air de musique peut faire éclore le désir. Un coucher de soleil, une balade pour observer la nature, un bouton de rose qui commence à éclore. La sensualité est un art qui se conjugue au quotidien. Ni vulgaire, ni séductrice, elle est le reflet de tous ces petits bonheurs que l'on sait capter et entretenir pour une expérience avec soi ou avec les autres.

C'est Magnifip ! vous invite à vous abandonner, l'espace d'un instant, dans ce voyage au coeur de vos sensations.