Menu
Écouter le direct

Le rêve : C'est Magnifip !

Publié le
Replay émission du 29 décembre 20152:06:00
Henri Rousseau - OIl on canvas 1910
Henri Rousseau - OIl on canvas 1910

Du rêve au cauchemar, en passant par les souvenirs, les prémonitions, les rêves mensongés … mardi 29 décembre à partir de 20h, c’est magnifip vous emmène à dos de nuage, visiter ses contrées paradoxales.

Réelle ou altérée, enchanteresse ou effrayante, C'est magnifip vous donne sa perception du rêve, en mots et en notes. Et si, comme disait Freud, « L’interprétation des rêves est la voie royale qui mène à la connaissance de l’inconscient », étendez-vous sur votre divan préféré et laisser aller les réminiscences suggérées par la programmation musicale de Luc Frelon. Une émission présentée par Emilie Blon-Metzinger et réalisée par Céline Illa.

Voiles papillon - Vladimir Kush
Voiles papillon - Vladimir Kush ©Radio France

Depuis le Moyen-Age, la représentation du rêve inspire la production musicale. Des scènes de « sommeil » de l’opéra baroque aux compositeurs plus contemporains comme Ligeti, et Kagel, en passant pas les cauchemars et rêveries fantastiques de la musique romantique, les rêves ont nourris des instrumentations insolites, des harmonies singulières. Entrons dans le vif du sujet avec un extrait du film d’animation Fantasia, sorti en 1940 des Studios Disney, où saccades de violons, cuivres et percussions du poème symphonique de Modeste Moussorgski, évoquent les songes démoniaques d’une Nuit sur le Mont Chauve :

Le thème du rêve est source d’inspiration pour tous les genres de musique. Pop, rock, chanson française, s'en nourrissent ardemment. On pense à l'inoubliable Alain Bashung à qui FIP rendait hommage en mai dernier et à sa magnifique chanson Madame rêve (1991), parue dans l’album Osez Joséphine (1991) et co-écrite avec le parolier Pierre Grillet. Le début serait inspiré d’un titre de Dead Can Dance, In The Wake Of Adversity (1987).
"Madame rêve, d’un amour qui la flingue, d’une fusée qui l’épingle au ciel" :

Ce sont "Les doux rêves " du duo pop-new-wave Eurythmics qui les ont portés au firmament en 1983, après un premier disque passé inaperçu. Sweet Dreams (Are Made of This), titre éponyme de l'album, est le premier gros succès de la chanteuse Annie Lennox et de Dave Stewart. Il fut réinterprétée de nombreuses fois mais la version la plus marquante est sans doute celle enregistrée en 1995 par l' innénarable chanteur rock, peintre, poète et plasticien Marilyn Manson. Voici son fameux clip réalisé par Dean Karr :

Après cette interprètation sombre du chanteur rock, poursuivons notre épopée sur le versant maléfique du sommeil avec le savoureux, sinistre et angoissant opéra rock d'Alice Cooper : Welcome to my nightmare (1975). Ce concept-album très théâtral raconte l’histoire d’un petit garçon plongé dans un cauchemar dont il n’arrive pas à sortir et reflète les tourments obsédants de la star du Hard-rock qui signe là une des oeuvres les plus marquantes de sa carrière :

Terminons par la conception du rêve de la chanteuse pop-folk Marissa Nadler avec Was it a dream, extrait de son dernier album "July" (2014) aux atmosphères tantôt sombres et froides, tantôts ensoleillée et caressantes. Un univers onirique plein d'espace, d'échos et de vibrations pour vous souhaiter une agréable traversée du Dreamer de Low Roar à Wake up de Mad season.