Menu
Écouter le direct

Le 1er jour de l’automne, c’est Magnifip

Publié le
Replay émission du 22 septembre 20152:03:11
©undefined

[Replay] L’automne c’est Magnifip, qu’il soit aux couleurs de l’été indien ou qu’il tourbillonne dans la tempête. Retrouvez en replay notre émission du 22 septembre.

"Les feuilles mortes se ramassent à la pelle " et FIP en voit de toutes les couleurs grâce à la programmation musicale de Christian Charles. C’est Magnifip, premier jour de l'automne, une émission animée par Frédérique Labussière et réalisée par Massimo Bellini .

Dans l’hémisphère Sud l’automne commence le 20 mars et se termine le 20 juin. En France, il débute le jour de l’équinoxe d’Automne, lorsque le soleil traverse le plan équatorial terrestre et change d’hémisphère céleste. Cette année l’équinoxe a lieu le 23 septembre à 08h20.

La nature se pare de ses plus beaux atours avant de prendre ses quartiers d’hiver. Les arbres à feuilles caduques se débarrassent de leurs progénitures. Les feuilles, privées de chlorophylle, deviennent jaunes, orangées, rouges ou brunes. C’est l’heure des balades en forêt, parmi les végétaux chantant sous le vent. Les feuilles virevoltantes frissonnent puis craquent sous nos pas, les champignons se déploient. C’est l’heure des labours et des récoltes (raisins, châtaignes, noix, noisettes). Le mystère s’installe dans cette nature et inspire poètes, peintres, musiciens.

Pour les peintres cette saison est magique, notamment pour les impressionnistes comme Camille Pissarro ou Claude Monet :

1873--" Effet d'automne à Argenteuil " de Claude Monet
1873--" Effet d'automne à Argenteuil " de Claude Monet ©Radio France

« Voici que la saison décline », écrit Victor Hugo, L’ombre grandit, l’azur décroît, Le vent fraîchit sur la colline, L’oiseau frissonne, l’herbe a froid … ».

Les dernières caresses douces du soleil invitent au sommeil, la paix s'installe ainsi que les chants des paysans. Dans "Les Quatre Saisons " d’Antonio Vivaldi, l’automne commence par un allegro, une danse en fa majeur à la saison des moissons. Le violon solo évoquant les bacchanales est interprété ici par Julia Fischer et orchestre.

L’automne est propice aux sentiments multiples et contradictoires. Au calme se mêlent les sentiments d'inquiétude, de mélancolie et de la fuite du temps, comme dans « Chanson d’automne » paru dans « Les Poèmes saturniens », où Paul Verlaine se dissout dans le paysage. « Les sanglots longs des violons de l'automne blessent mon cœur d'une langueur monotone. ». Charles Trenet a mis le poème en musique tout en s’autorisant à remplacer « blessent » par « bercent » :

Octobre, de Francis Cabrel chante le moment où se cachent les amours : « Le vent fera craquer les branches, La brume viendra dans ta robe blanche … ». Plus récemment Tété chantait les âmes esseulées, « à la faveur de l’automne ».

Autumn Leaves, la version américaine du morceau de Joseph Kosma Les feuilles mortes, sur des paroles de Prévert traduites en anglais par Johnny Mercer, est le standard français le plus enregistré par les musiciens de jazz.

A l’heure où l’humanité détruit l’équilibre de la planète, il est rassurant de se rappeler que de tous temps, les musiciens entendent et interprètent les voix de la nature.

Notre programmateur Christian Charles a quelques pépites dans sa besace de Tom Waits, Tindersticks, Billie Holiday, Astor Piazzolla et bien d'autres... pour évoquer l'automne à sa manière. Rendez-vous mardi 22 septembre à 20h pour les découvrir.