Menu
Écouter le direct

La cuisine, c'est Magnifip !

Publié le
Replay émission du 20 octobre 20152:00:57
Escabèche d'écrevisses sur gaspacho d'asperge et cresson.
Escabèche d'écrevisses sur gaspacho d'asperge et cresson. ©undefined

Le 20 octobre, la Journée Internationale des Cuisiniers met en lumière les tabliers blancs qui font de la gastronomie un plaisir de chaque jour. FIP adepte des saveurs multiples, vous embarque dans une ballade musicale gustative, haute en couleurs.

Du sucré à l’épicé, en passant par le nougat, les bonbons, la salade de fruits, les paupiettes, la bouillabaisse ou le cake d'amour, le festin sera grandiose. Mardi 20 octobre à 20h C’est magnifip vous concocte sa petite cuisine au beurre, une gelée royale énergétique et sensuelle. Une émission animée par Frédérique Labussière et réalisée par Massimo Bellini. La programmation musicale est signée René Hardiagon.

Mais entrons illico presto dans le vif de la marmite et dégustons la soupe de poissons des pêcheurs des calanques entre Marseille et Toulon, façon Fernandel en 1950 :

"*Pour faire une bonne bouillabaisse il faut se lever de bon matin.

Préparer le pastis et l'eau fraîche, raconter des blagues avec les mains...* "

Puisque nous voilà partis pour un repas pantagruélique, dans une sauteuse, faites chauffer huile d'olive et gousse d'ail finement hachée et ajouter les paupiettes de veau afin de les dorer légèrement sur toutes les faces. Ajouter le fond de veau, mouiller avec un peu de vin blanc et d'eau... et transformez-vous en reine des paupiettes des années yéyés, si vous ne craignez pas l'humour potache des Charlots :

Après les paupiettes, un peu grasses, de Paulette, voici quelques notes plus délicates et rafraichissantes, dans un décor de plateau aux senteurs hawaïennes, avec la salade de fruits de Bourvil en 1959 :

Le savoir culinaire est l'art de la composition des goûts, des couleurs, des textures, des formes... Il impressionne aussi le cinéma comme dans le film danois L e festin de Babette de Gabriel Axel sorti en 1987, inspiré d'une nouvelle de Karen Blixen. Babette, incarnée par Stéphane Audran, contrainte à l'exil en 1871 pour échapper à la répression de la Commune, débarque en Norvège sur la côte du Jutland. Elle devient la servante de deux soeurs restées vieilles filles. Avec l'argent gagné à la loterie, elle leur confectionne un fabuleux repas : Soupe de tortue géante, blinis Demidoff, cailles en sarcophage farcies au foie gras et sauce aux truffes, salade d’endives aux noix, fromages, baba au rhum et fruits confits, fruits frais... sur une musique originale de Per Norgaard .

Autre exemple de grande cuisine avec le film de Christian Vincent Les saveurs du palais librement inspiré de la vie de Danielle Mazet-Delpeuch, cuisinière personnelle de François Mitterrand à l'Elysée, interprétée magistralement par Catherine Frot. C’est Gabriel Yared (Sauve qui peut la vie, 37,2 le matin, Camille Claudel, Tatie Daniel, Le patient anglais, The tourist ...) qui a composé toute la musique du film bien en amont du tournage, avant de l'adapter aux scènes.

Grande cuisine ou cuisine de tous les jours, lorsqu’elle est faite avec passion, c'est le nirvana. Le gâteau d'amour est ainsi fait, "Préparez votre pâte dans une jatte plate et sans plus de discours allumez four ... Il est temps à présent, tandis que vous brassez, de glisser un présent pour votre fiancé... "

A moins que vous ne préfériez ce cocktail gustatif plus corsé avec Gainsbourg en public à Paris, aux 3 Baudets. Une recette de l'amour fou mitonné pour Brigitte Bardot.

"Dans un boudoir introduisez un coeur bien tendre ..."

On peut imaginer sans peine que Gainsbourg aurait apprécier la douce amertume de ce petit bout de chocolat à croquer... Olivia Ruiz en 2005 sur son deuxième album :

"*Taille moi les hanches à la hache, j'ai trop mangé de chocolat

croque moi la peau, s'il te plaît, croque moi les os, s'il le faut...* "

En 1990, le nougat a relancé la carrière de Brigitte Fontaine. La voici dans une interview entrecoupée de passages de la chanson, à déguster sans modération : Le nougat, sur l'album Frech Corazon.

Enfin, pour vous faire goûter de concert, les délices de la cuisine du jazz et de l'image, voici Little rôti, tout ouïe, concert cuisine spectaculaire (aussi joyeusement ficelé que le mémorable thème Little Rootie Tootie du pianiste Thélonious Monk). Aux pupitres, des musiciens du collectif ARFI et, en invité, le flûtiste virtuose Nguyen Duyen. Aux fourneaux, le chef Philippe Chavent avec un cuisinier invité et à l’image le concepteur Nico Ticot .Cette joyeuse bande de toqués jouent du piston, du pâton et de la louche autour d’un panier du marché. La trompette s’en met plein le cornet, les impros soulignent les actes culinaires, les images dévoilent les secrets du dosage, de la cuisson... Régalez-vous.

Mardi 20 octobre, notre progammateur musical René Hardiagon vous balladera du Jazz al Dente d'Alessandro Magnanini au Crawfish d'Elvis Presley en passant par un extrait du film La grande bouffe dont la musique est signée Philippe Sarde.