Menu
Écouter le direct

Elvis Presley, C'est Magnifip !

Publié le
Replay émission du 20 décembre 20162:03:44
 © Elvis Presley Enterprises
© Elvis Presley Enterprises ©undefined

Le 20 décembre C'est Magnifip ! vous plonge dans et autour de l'univers du King.

FIP explore un nouvel itinéraire et donne rendez-vous chaque mardi à 20h aux auditeurs pour une nouvelle échappée musicale. Une émission animée par Emilie Blon-Metzinger et réalisée par Massimo Bellini. Mardi 20 décembre de 20h à 22h C'est Magnifip! vous balade sur les sillons du beau gosse qui a popularisé le rock and roll en Amérique et en Europe. La programmation musicale d'Armand Pirronne flirtera aussi avec Buddy Holly, Nancy Holloway, Albert King, Nancy Sinatra, The Ventures et pourquoi pas Dire Straits ! Bienvenue dans la rock'n'roll attitude.

Elvis Aaron Presley est né le 8 janvier 1935 dans le Mississippi au sein d’une famille modeste et très croyante. Son frère jumeau décède à la naissance. Le jeune garçon se nourrit de chants gospel à l'église pentecôtiste avant de se passionner pour le blues qu’il écoute à la radio. C'est sa mère qui lui offre sa première guitare. A 18 ans, il tente une première audition en 1953 au Studio Sun Records de Memphis et enregistre My Happiness et That's When Your Heartaches Begin , 2 chansons qu’il souhaite offrir à sa mère pour son anniversaire.

Mais c’est son interprétation de That’s all right Mama, un vieux blues d’Arthur Crudup qu’il métamorphose en rock’n’roll, qui lui vaut l’attention du producteur et propriétaire de Sun Records qui lui présente le guitariste Scotty Moore et le contrebassiste Bill Black. Le trio nommé The Blue moon boys est rejoint un peu plus tard par le batteur D.J. Fontana.

L’attitude scénique d’Elvis et son déhanchement suggestif enchantent les jeunes et choquent leurs parents. Il chante comme un dieu et bouge comme un diable. Dans l’Amérique puritaine, certains de ses concerts sont annulés. En août 1955 sort le 45 tours avec Mystery Train en face A et I Forgot to Remember en face B.

Et c’est parti pour la grande aventure qu’il mènera avec la maison de disques RCA jusqu’à son dernier souffle. Il apparaît pour première fois à la télévision en 1956 dans l'émission Stage Show. En 1958 il part accomplir son service militaire en Allemagne pour deux ans. On peut se poser la question sur la légitimité de cette affectation alors que le jeune homme était le seul soutien de sa mère et de sa grand-mère. L'Amérique voulait-elle protéger ses teenagers de l'influence du chanteur !

C'est Magnifip! abordera aussi la carrière cinématographique d'Elvis Presley.

Très marqué dans son enfance par St-Louis Blues avec Dorothy Lamour, il le sera plus tard par La Fureur de vivre et rêve d’être le nouveau James Dean. C’est David Weisbart qui produit ce film culte. Ce dernier sera aussi le producteur du film de Robert D. Webb, Love me tender, dans lequel Elvis fait ses premiers pas au coeur du 7ème art aux côtés de l’actrice Debra Paget :

De retour de son service militaire en Allemagne et après le décès de sa mère dont il ne se remettra jamais, il se consacre entièrement à sa carrière d'acteur. Le Cavalier du crépuscule, Blue Hawaï , Le Rock du Bagne, Bagarres au King Creole, L'idole d'Acapulco avec Ursula Andress... 31 films dont il signe les B.O..

Après Change of Habit (1968) qui fut un échec, il s’épuise et se rend compte qu’il est has been. Alors que Johnny Cash, les Stones, Led Zeppelin, Hendrix, les Doors ou encore le Velvet Underground sont en pleine lumière, il reprend sa carrière de chanteur en main. Le fameux concert télévisé « Elvis : Comeback Special » diffusé sur la chaîne NBC, remet le king sur les rails. Il y interprète ses anciens succès de rocker en cuir noir.

Gros succès, tournée américaine, film documentaire sur la tournée : Elvis : That's the Way it is. L’Amérique retrouve son héros, beau, sensuel et sauvage. L’adoration est à son comble et roi embrasse toutes ses fans. Elvis est devenu l’icône de l’Amérique profonde. C’est le triomphe mais c’est aussi le début d’un long suicide. Dans sa tour d’ivoire de Graceland, désespéré par le départ de l’actrice Priscilla Beaulieu, sa femme et par sa situation financière désastreuse, il consomme une quantité phénoménale de nourriture et de médicaments. Mais son succès est immense. Parce qu’il se livre tel qu’il est, bouffi, meurtri, affaibli, son public l’aime encore davantage. Le voici quelques semaines avant son décès :

Août 1977, Elvis décède d'un arrêt cardiaque du à une overdose de médicaments, à l'âge de 42 ans comme sa mère.