Menu
Écouter le direct

Ah l’argent, est-ce si Magnifip ?

Publié le
Replay émission du 8 novembre 20162:00:20
 ©
©

Rêve de pouvoir, mythe, illusion, cauchemar ou quête du Graal, mardi 8 novembre C’est Magnifip vous guide de la fortune matérielle à la richesse spirituelle. Riche idée, non ?

FIP a toujours transporté ses auditeurs ailleurs… en connexion directe avec leurs émotions, leurs souvenirs et leurs désirs. Créatrice d’évasion, FIP explore un nouvel itinéraire et donne rendez-vous aux auditeurs pour une échappée musicale avec chaque semaine un thème une destination différente. Une émission animée par Emilie Blon Metzinger et réalisée par Massimo Bellini.

" Ah l’argent !. Qu’on en ait ou qu’on en manque c’est toujours lui la cause du mal." Agatha Christie

De Ah si j'étais riche chanté par Yvan Rebroff à Money Talks de JJ Cale en passant par The blue Millionaire de Marianne Faithfull ou encore Money in my pocket de Dennis Brown, mardi 8 novembre, de 20h à 22h, la programmation d'Armand Pirrone vous a déniché quelques pépites.

Avant l’argent il y avait le troc, né au début du néolithique, lorsque les humains commencent à cultiver, élever des animaux, fabriquer des outils et des armes. Petit à petit apparaissent des unités d'échange comme les coquillages, les métaux précieux. Les premières pièces frappées de l'effigie d'un propriétaire puis d'une ville, voient le jour. Simple vecteur d’échange jusqu'au 19ème siècle, la monnaie se dématérialise. Et patatras c'est là que les problèmes commencent !

Un jour il inventa l'argent, ce démon très intelligent, qui sut comprendre le premier, la valeur d'un bout de papier. Ce démon était un banquier et depuis dans le monde entier, l'argent circule et fait des bulles. Paroles de C. Arabian, chantées par Les Frères Jacques .

Oh toi, argent sublime qui satisfait notre tendance naturelle à la possession, je m'incline devant toi et m'en mets plein les fouilles. On court après l'oseille, on en manque, on est à court. Démoniaque, le flouze est au coeur de nos préoccupations et bouleverse nos imaginaires. Le fric c'est chic, non ?!

S’il permet le partage et la possibilité de faire et de se faire plaisir, l'argent est aussi un signe de puissance, un simulacre virtuel. Il nous fascine. Le mythe de l’argent fou est devenu réalité. Et quand l'oseille vient à manquer, c'est la débandade.

" Hier encore je vivais comme un millionnaire, j'avais des dollars, je ne savais quoi en faire. J'étais reçu comme un roi dans les clubs à la mode. Whisky, champagne, cigares, les jolies blondes. J'avais des amis sur toute la Terre. Rien que des sourires et des belles manières. En une nuit tout est parti dans une partie de poker ":

" J'aime pas les pauvres, ils ne pensent qu'à l'argent " Coluche

J'en rêve même !. D'ailleurs d'après Freud, dépenser beaucoup d'argent en dormant, signifierait que nous sommes submergés par l'énergie sexuelle alors que cauchemarder d'un manque d'argent symboliserait plutôt un manque d'amour. Puisque nous sommes dans les expériences oniriques, imaginez le temps d'une chanson que vous êtes dans la peau d'un billet de banque, voyageant de poches en mallettes, en Jaguar ou en Matra, sous les tables, dans les mains d'un mercenaire ...
"Je suis le pouvoir d'achat. Je suis celui qui décomplexe. Je suis le dernier réflexe qu'on n'est pas près d'oublier "

Allons voir maintenant du côté de la vie cauchemardesque du golden boy cynique et assoiffé de pouvoir qui traverse le temps, tel une comète universelle, l'homme pressé que dénonçait Bertrand Cantat sur l'album 666.667 Club, en même temps que les profits immédiats, les excès et les inégalités engendrés par la société de consommation.

Alors, comme Nietzsche, osons dire que "ce qui s'achète n'a que peu de valeur ". Etre ou avoir, telle est la question qu'en ce bas monde nous nous posons. L'aliénation d'un monde où règne la liberté despotique de l'argent et la dictature de l'avoir, ou bien la richesse de l'être délesté d'un désir forcené de possession outrancière ?. Va savoir !

Morale de l'histoire :

" Je dis, argent, trop cher, trop grand., La vie n'a pas de prix ..."