Voyage en Inde
Ravi Shankar initie George Harrison au jeu du sitar/ getty Images

Une échappée au cœur de la musique indienne et de ses influences et connivences.

Fip propose un voyage musical et mélange les styles pour emmener l’auditeur sur les traces d’un artiste, à la découverte d’une ville ou d’un style musical…Chaque mardi, la vie sera Magnifip ! Une émission animée par Frédérique Labussière et réalisée par Massimo Bellini.

Mardi 29 mai de 20h à 22h, C'est Magnifip explore la richesse de la musique indienne. De l'anglaise Susheela Raman qui mêle culture anglo-saxonne, soufie et hindoue à Raghunath Manet, grand ambassadeur des arts traditionnels du pays de Taj Mahal, en passant par les BeatlesJoe Harriott et son indo jazz fusion ; Don Sebesky, arrangeur de la plupart des disques du label CTI, ou encore le collectif Transglobal Underground et son électro world, la programmation musicale de Christian Charles est un ravissement pour l'âme.  

Le légendaire maître du sitar Ravi Shankar, décédé en 2012 à l'âge de 92 ans, et ses deux filles, la chanteuse Norah Jones et la virtuose du sitar Anoushka Shankar, seront aussi du voyage. Ravi Shankar incarne l'impact de la musique indienne sur la musique occidentale. A travers ses rencontres multiples il a eu des liens dans tous les milieux musicaux. Il a influencé les Beatles, les Rolling Stones, Philip Glass. Il a joué avec Yehudi Menuhin, Jean-Pierre Rampal ou encore John Coltrane et Jan Garbarek et se voyait invité aux festivals de Monterey et de Woodstock. Norah (Geetu, en indien), chanteuse star et musicienne et sa soeur Anoushka, aussi à l'aise dans la musique traditionnelle indienne que dans l'impro jazz, l'électro ou la dynamique rock, tiennent le flambeau de cette famille de surdoués : 

On note deux grands courants musicaux de la culture indienne. Leurs origines sont les mêmes et remontent aux temps védiques, il y a plus de 2000 ans. La musique hindustani et la musique carnatique reflètent la division nord-sud. On parle de râga pour le cadre mélodique et de tâla pour le système rythmique en Inde du nord, de râgam et de tâlam en Inde du Sud. Le tabla, le sarangi, le sitar, le santoor et le clarionet dominent la musique hindustani alors que le tabla, le mridangam, la mandoline et le jalatarangam se retrouvent communément dans la musique carnatique. 

La musique indienne ancienne n'est pratiquement jamais écrite. Elle se transmet oralement, en particulier à l'intérieur des familles dans les castes de musiciens. La patience, le contrôle de la respiration et une grande humilité à l’égard du maître, sont nécessaires à l'apprentissage. En Inde, un musicien, une musicienne ne saurait être parfaits sans s'adonner à l'improvisation, par laquelle il redonne pleinement vie à l'œuvre du passé, notamment en faisant évoluer les cycles rythmiques de plus en plus rapidement.  
Mardi 29 mai venez méditer sur cet art musical indien qui se veut en harmonie avec l'univers. 

Programmation musicale

20h00

Voyage En Inde

Par : C'est Magnifip


Commentaires