Menu
Écouter le direct

“To (Wo)Men on the Assembly Line”, le final fordiste d’Arnaud Rebotini

Publié lepar Ghislain Chantepie
“To (Wo)Men on the Assembly Line” | Capture Youtube
“To (Wo)Men on the Assembly Line” | Capture Youtube

Le producteur hexagonal conclut sa série « This Is A Quarantine » avec un ultime clip de techno indus célébrant les petites mains du confinement.

On peut toujours compter sur Arnaud Rebotini. Producteur et musicien multi-casquettes, cet as des claviers a connu la renommée en 2018 avec la sortie du film de Robin Campillo 120 Battements Par Minute dont il a signé l’excellente bande-originale. Couronné par un César la même année, le patron de Black Strobe Records n’a pas cessé depuis d’enchaîner les tournées et les projets jusqu’à se retrouver, comme chacun, confiné aujourd’hui chez lui.

Mais à l’instar de bien des musiciens, Rebotini n’entendait pas, en ces temps troublés, rester les bras croisés à la maison et a donc décidé de partager en ligne chaque semaine un nouveau morceau inspiré de l’actualité, via sa série de clips This Is A Quarantine. Ainsi, après avoir proposé une leçon de souplesse techno puis s’être offert un brushing technoïde la semaine passée, c’est dans la cadence effrénée d’une ligne d’assemblage que nous embarque cette fois-ci le producteur hexagonal avec To (Wo)Men on the Assembly Line.

Pétri d’un beat rapide et métallique, l’ultime épisode de la série célèbre la fin du confinement en rendant hommage à toutes les petites mains qui ont poursuivi leur mission de première nécessité et ce, malgré les dangers. Caissières, boulangères, chauffeurs routiers, femmes et hommes de ménage sont ici célébrés dans ce banger indus dont le clip, une nouvelle fois mis en images par l’Institut national de l’audiovisuel (INA), rappelle tels Les Temps Modernes l’absurdité d’un système taylorien qui n’a finalement guère changé depuis le siècle dernier.