Menu
Écouter le direct

« Pure Heart », sombre splendeur de Martina Topley-Bird

Publié lepar Ghislain Chantepie
Martina Topley-Bird sur scène avec Massive Attack à Turin en juillet 2010 (Valerio Pennicino/WireImage)
Martina Topley-Bird sur scène avec Massive Attack à Turin en juillet 2010 (Valerio Pennicino/WireImage) ©Getty

La chanteuse britannique annonce un nouvel album pour la rentrée et dévoile un premier extrait cathartique.

Elle fut l’une des voix emblématiques du trip-hop de Bristol. Alors qu’Elisabeth Fraser incarna la sensualité du Mezzanine de Massive Attack, Martina Topley-Bird fut elle la vraie muse - et plus encore – du premier album solo de Tricky publié en 1995 : Maxinquaye. Un disque émancipateur pour le MC anglais qui y déploya son audace dans un univers sonore enfumé entre électro expérimentale et hip-hop downtempo. Un disque, aussi, porté par la voix instinctive de sa complice qui offrit alors sa griffe à quelques grands hits tels que Aftermath ou encore Black Steel.

Depuis ces années de jeunesse, la chanteuse a prospéré en solo avec une discographie passionnante et des collaborations de haut vol nouées au fil des deux dernières décennies. En 2017, elle retrouvait encore son ancien compagnon en offrant de nouveau sa voix à un titre d'un album de Tricky. L’histoire commune de Martina Topley-Bird avec cet écorché vif se noyait pourtant dans une vraie tragédie, deux ans plus tard, lorsque leur fille Mazy Mina mettait brutalement fin à ses jours à l’âge de 24 ans.

C’est donc à l’aune de cette terrible épreuve personnelle que Martina Topley-Bird annonce aujourd’hui la sortie d’un nouvel album, le premier depuis dix ans. « Une grande victoire personnelle », d’après la chanteuse citée par un communiqué et qui a fait appel à son vieux complice de Robert del Naja aka 3D de Massive Attack pour assurer la production de ce quatrième long-format. 

Attendu le 10 septembre prochain, ce Forever I Wait se découvre d’ores et déjà au travers d’un premier extrait cathartique. Pure Heart n’élude ainsi en rien la sombre splendeur qui se dégage depuis toujours du chant feutré de Martina Topley-Bird, une longue échappée pleine de riffs, de reflets et d'échos, et où la volonté semble finalement triompher de l’émotion.