Menu
Écouter le direct

Thom Yorke, Burial et Four Tet réunis sur deux nouveaux ovnis

Publié lepar Ghislain Chantepie
Four Tet, Thom Yorke, et Burial
Four Tet, Thom Yorke, et Burial ©Getty

Les trois sorciers du son anglais ont dévoilé ces compositions inédites par le biais d’un maxi vinyle confidentiel, à découvrir en écoute.

En voilà une surprise. Après les quelques convulsions d’un mystérieux teasing orchestré par le label anglais XL, il est donc avéré que deux nouveaux titres réunissant Thom Yorke, Four Tet et Burial ont été édités ces derniers jours dans le cadre d’une sortie vinyle on ne peut plus limitée. Inutile de chercher à se procurer cet objet rapidement épuisé chez la poignée de disquaires londoniens qui en disposaient, mais les morceaux qui le composent se découvrent tout de même en ligne (pour l’instant) par le biais de ces publications non-officielles (maj 14/12 avec les liens officiels du label XL) :

Il y a presque 10 ans de cela, la rencontre en studio de ces trois sorciers du son (déjà le temps d’un maxi) avait fasciné tous les amateurs d’expérimentations haut de gamme. Thom Yorke, Burial et Four Tet partagent en effet la qualité rare de brouiller les pistes musicales pour en faire surgir des objets introspectifs et audacieux, sensoriels même à bien des égards. Ces figures du métissage électronique des deux dernières décennies semblent donc avoir uni leurs forces sur d’autres partitions que celles du single Ego / Mirror publié en 2011, même s’il n’est pas clair à ce stade si les nouveaux titres dévoilés sont issus ou non des mêmes sessions d’enregistrement.

Baptisée Her Revolution, la face A de cette mystérieuse sortie forme une sorte de cocktail atmosphérique réunissant les attributs de chacun des musiciens. La voix fantomatique de Thom Yorke plane ainsi tout au long de cet ovni aux effluves indiennes et où bruissent samples, sitar, et craquements tandis que pointent également des élancées synthétiques typiques des productions de Four Tet. Plus ténébreux, le spectral His Rope s’appuie quant à lui sur une rythmique trip-hop primitive pour offrir à Thom Yorke des allures de poète mystique. On ne se refait pas.