Menu
Écouter le direct

Rone s'offre une symphonie mouvementée

Publié lepar Ghislain Chantepie
Erwan Castex aka Rone | Olivier Donnet
Erwan Castex aka Rone | Olivier Donnet ©Radio France

Le producteur électronique vient de publier une longue pièce enregistrée avec un orchestre de 85 musiciens.

L’appétence de Rone pour la majesté des musiques classiques ne faiblit pas. Quelques mois après avoir accordé le répertoire de Benjamin Britten aux voix adolescentes de la Maitrise de Radio France dans une création inédite, le producteur parisien vient de publier un nouveau morceau de douze minutes enregistré avec un orchestre de 85 musiciens.

Qu’elle soit à l’initiative de pianistes virtuoses ou de producteurs chevronnés, la rencontre entre musiques classiques et électroniques est devenue un rituel presque banal en l’espace d’une décennie, même si les pièces les plus pertinentes sont souvent le fait d’artistes ou de labels possédant une véritable griffe en la matière. Au sein de sa petite maison Infiné, pionnière du genre avec Francesco Tristano, et alors qu'il bûche actuellement sur son prochain album, Rone a certes pu trouver l’environnement idéal pour construire des ponts entre sa techno intelligente et l’immensité qu’offre l’interprétation orchestrale.

Avec ce Motion mis en ligne il y a quelques jours, le trentenaire va pourtant plus loin que la seule adaptation classique de son propre répertoire. Composée avec l’arrangeur Romain Allender, cette longue pièce fusionne ainsi l’esprit d’utopie électronique de son dernier album Mirapolis avec le piano de Vanessa Wagner, autre signature du label Infiné. Surtout, son enregistrement a été réalisé avec l’orchestre Les Siècles, une formation de 85 musiciens dirigée par le très capé chef François-Xavier Roth.

De ce pari risqué nait une composition très inspirante, faite de mouvements différents où les cordes et les séquenceurs sont en révolution, chaque esthétique prenant progressivement le pas sur l’autre. Et au coeur de ces transitions qui séparent les couloirs apaisés des nombreuses montées, on retrouve bien ici le meilleur des productions de Rone. Ne manquez pas ainsi la fébrilité qui étreint le titre passée la quatrième minute, une sorte de ferraille synthétique et étincelante finalement submergée par une orchestration grandiose. Classe.

Rone Motion
Rone Motion ©Autre