Menu
Écouter le direct

À Rennes, les Trans Musicales montent le son

Publié lepar Ghislain Chantepie
Rejjie Snow au Hall 03 des Trans Musicales | Chantepie / RF
Rejjie Snow au Hall 03 des Trans Musicales | Chantepie / RF ©Radio France

Pour sa première soirée grand format, le festival a surmonté le froid polaire grâce à la sève de Marta Ren, Anna Meredith, Yuksek, et Rejjie Snow.

Aux Trans Musicales, le thermomètre est un adversaire tout autant qu’un allié. Lorsqu’il est en chute libre à l’extérieur, les vastes halls du Parc des Expositions de Rennes où se télescope la programmation apparaissent comme autant de refuges d’où émane la chaleur bienvenue des live. A coup de pop, de hip-hop ou de soul, les groupes engagés par le festival jeudi soir,s’ils n’ont pas fait le plein, ont tenu la promesse d’une première soirée en forme de warm-up de choix.

Reine de la température, Marta Campos alias Marta Ren a ainsi fait jaillir son funk vintage tard dans la nuit au Hall 08, convoquant inévitablement l’esprit de la regrettée Sharon Jones. Accompagnée par son big band The Groovelvets, la chanteuse originaire de Porto a ainsi poussé l’offensive sur scène durant près d’une heure, commettant seulement le loupé d’une reprise de *Light My Fire * assez mollassonne. Invitée par FIP plus tôt dans la journée, la Brune faisait déjà vrombir le Liberté dans une live session en public à découvrir ci-dessous en vidéo :

En soirée et toujours au Hall 08, c’est clairement le rappeur Rejjie Snow qui a fait le show. Solidement installé sur scène, accompagné d’une batterie, d’un clavier et d’un DJ de haut vol, le jeune Irlandais de 23 ans a confirmé en live l’excitation qui entoure ses productions sombres, antiracistes et dont le rythme lourd rappelle les années 90. Une nouvelle claque de rap un an après celle des Ecossais d’Hector Bizerk au même endroit et qui rappelle s’il le fallait le dynamisme mordant de la scène hip-hop britannique actuelle. Un concert à revivre ici-même avec Culturebox.

La chanteuse grecque Monika sur scène avec Yuksek | RF / Chantepie
La chanteuse grecque Monika sur scène avec Yuksek | RF / Chantepie ©Radio France

Au tournant de la nuit, c’est le Français Yuksek qui attirait tous les regards. Le producteur rémois a entretenu le suspense depuis des mois autour de son nouvel album Nous Horizon  et la création live qui l’accompagne. Entouré par le studieux Chassol au clavier et Cyril de Weekend Affair aux percussions, Yuksek a déroulé son live comme un chef d’orchestre invitant selon les morceaux la flamboyante Monika, les deux chanteurs de Her  ou son jeune protégé du groupe Juveniles. Un cocktail d’ambiances et de voix entre disco, pop et soul qui ont fait monter la température et la bonne humeur, malgré quelques finitions sonores à prévoir pour ce groupe sur mesure qui donnait là son premier concert. Peu auparavant, la compositrice britannique Anna Meredith déroulait son excitant langage musical entre pop, électro et classique, triturant en temps réel et avec une maitrise déconcertante les sonorités et les arrangements.

Retour en images sur la soirée du jeudi 1er décembre :

Plus tôt dans la journée, c'est le combo garage-rock rennais The Madcaps qui jouait à domicile pour FIP au Liberté. Un bouillon d'énergie gonflé aux guitares et aux basses rondes à découvrir en vidéo ci-dessous :

Découvrez également la session acoustique de la chanteuse Esperanza Denswil alias Pink Oculus,  filmée elle aussi au Liberté peu avant son concert à l'Ubu dans le centre-ville de Rennes :