Menu
Écouter le direct

"Music For Containment", une collection d'ambient pour faire le mur

Publié lepar Ghislain Chantepie
"Music For Containment" (Romain De La Haye-Sérafini)
"Music For Containment" (Romain De La Haye-Sérafini)

Le producteur Molécule a réuni une trentaine de compositeurs tricolores autour d’une nouvelle compilation de musiques planantes.

Notre corps est confiné mais notre cerveau, lui, est ouvert. Il peut imaginer l’infini, il peut ouvrir les fenêtres intérieures sur des espaces où ça respire vraiment. C’est là que le son intervient. Le son agrandit l’espace. » Cette conviction dans le vieil idiome atmosphérique, celle qui traverse la tradition presque cinquantenaire des musiques ambiantes, c’est le chanteur Arthur H lui-même qui l’inscrit aujourd’hui au fronton de la nouvelle compilation Music For Containment. Cet homme de danse, de cabaret, et de chansons populaires s’est ainsi converti aux plénitudes du silence et des nappes le temps d’un morceau, l’un des trente-trois inédits qui composent cette nouvelle collection salutaire en temps de crise.

A l'initiative du producteur électronique Romain De La Haye alias Molécule, des dizaines de musiciens se sont ainsi réunis autour de ce projet imaginé comme un pont lancé au-dessus du confinement, ce huis-clos nécessaire pour endiguer la pandémie et que partagent aujourd’hui tant les artistes que leur public. L’espace désormais manque à tous, et c’est bien le sens, semble-t-il, de cette création collaborative que d’en offrir par voie musicale, celle en l’espèce des musiques planantes : « J’ai senti qu’avec tout ce temps qui se présentait devant moi, c’était le moment de tenter et d’expérimenter des choses, se souvient l’électronicien. C’était aussi une façon d’avoir des nouvelles d’artistes qui me plaisent et me manquent, et tout le monde a été très enthousiaste ».

Ils sont ainsi nombreux à avoir répondu à l’appel de Molécule en offrant pour certains des titres inédits sortis des tiroirs, ou bien en composant directement chez eux, dans leur studio ou dans leur chambre à coucher, les presque trois heures et trente minutes qui façonnent ce Music For Containment. Parmi ceux-là, des figures de la French Touch d’hier et d’aujourd’hui comme Étienne de Crecy, Dominique Dalcan, Alex Gopher, ou encore Rone qui offre avec son 8PM une fugace ascension stellaire . Plus loin, Flavien Berger frôle quant à lui la demi-heure avec son mam où surgissent des voix et des dialogues comme autant de scènes de vie. 

Des pointures du genre ont également prêté main-forte au projet avec des contributions de Richard Francés, du duo Radiomentale, ou encore du collectif new-yorkais Soundwalk Collective qui fait battre son entêtant Exodos durant près de dix minutes. « Ce n’est pas un état des lieux de la scène ambient d’aujourd’hui, rappelle pourtant Molécule. J’ai fait appel à mon réseau de connaissance, à des artistes qui pouvaient sortir rapidement une plage sonore en quelques jours ».

On retrouve ainsi sur ce disque des têtes connues du milieu expérimental, passées par des projets similaires comme Étienne Jaumet, Rebeka Warrior, le Caennais Fulgeance ou encore Apollo Noir. Mais aussi des artistes profanes dans ce champ musical tels Arthur H « qui adore l’ambient », l’improvisation de Bertrand Burgalat pour essayer un micro, ou encore Bertrand Belin et sa Musique de Carillon Plate composée chez lui avec son téléphone et sa seule guitare. « C’est un disque qui permet de voyager par l’imaginaire mais pas seulement. C’est aussi utile à la réflexion et à l’introspection, espère Molécule. Il faut prendre la mesure de ce qu’on est en train de vivre, que beaucoup de choses vont se jouer demain, et que la musique peut participer à cette prise de conscience. »

"Music For Containment" est sortie le 8 avril sur le label Mille Feuilles et s'écoute en intégralité ici. Toutes les recettes seront reversées à la Fondation de France et à son opération "Tous unis contre le virus".