Menu
Écouter le direct

Les pulsations renversantes de Ghetto Kumbé

Publié lepar Ghislain Chantepie
Ghetto Kumbé (ZZK Records)
Ghetto Kumbé (ZZK Records)

Le trio électronique colombien prépare la sortie d’un premier album en forme de transe afro-tribale.

ZZK, encore et toujours. On ne présente plus aujourd’hui ce label argentin qui a propulsé en l’espace d’une décennie toute une génération de producteurs et de musiciens sud-américains qui souhaitaient renverser les codes de la musique andine. En bousculant l’espace et le temps, ils sont ainsi nombreux, issus de cette maison pionnière, à avoir percé bien au-delà de leurs frontières, mêlant folklore et dancefloor jusqu’à faire imprimer sur les affiches de grands festivals européens les blazes mystérieux de King Coya, Nicola Cruz, La Yegros, ou encore du trio Ghetto Kumbé.

Aux côtés de leurs jeunes compatriotes Mitú et El Leopardo, les trois Colombiens avaient ainsi profité de leur passage aux Trans Musicales de Rennes aux prémices de l’hiver 2017 pour faire découvrir leur transe fluorescente au public rassemblé dans la fosse de la Green Room. Ils dévoilaient alors leurs toutes premières productions réunies sur un modeste EP intitulé Kumbé, et dominé par des rythmes fusionnels mais encore dénués de chant. Le temps a passé et la formule de Ghetto Kumbé s’est étoffée, incorporant désormais la voix comme l’élément central d’une musique toujours électronique mais qui mue de plus en plus vers une transe s’affranchissant des étiquettes.

Autour de leur chanteur et producteur Guajiro, les deux percussionnistes du groupe Chongo et Doc Keyta mêlent ainsi les rythmes colombiens et africains dans une house rituelle qui pourrait prendre la forme d’un appel à danser tout autant qu’à prier. Un esprit de résistance domine même ce Vamo a Dale Duro, l’un des premiers extraits de leur album où le trio se saisit d’une Gaita (une longue flûte afro-colombienne). Plus tribal encore, Sola mise beaucoup sur sa rythmique entêtante à la croisée d’un reggaeton boisé et de chants ancestraux. Bien plus doux, Tambo dévoilé il y a quelques jours cultive lui aussi ce lien avec le passé en jouant sur des textures qui traversent le temps, noyant la nostalgie mélancolique qui étreint le titre dans une sorte de transe cathartique.

Le premier album de Ghetto Kumbé est attendu le 31 juillet 2020 sur le label ZZK