Menu
Écouter le direct

Le chill retrouvé de Nightmares On Wax

Publié lepar Ghislain Chantepie
Le confinement version Nightmares On Wax | Warp Records
Le confinement version Nightmares On Wax | Warp Records

Le vétéran du label Warp annonce un nouvel album et dévoile deux premiers titres sensuels où s’invitent Haile Supreme et Shabaka Hutchings.

Drôle d’année pour Nightmares on Wax. La cinquantaine tout juste passée, le producteur anglais aurait pu (comme tant d’autres ces temps-ci) jeter un coup d’œil dans le rétro pour célébrer les 30 ans de son premier album publié à l’automne 1991 par le label Warp. C’est peu dire en effet que la carrière de George Evelyn - de son vrai nom - se confond depuis ses débuts avec l’aventure de la petite maison électronique anglaise. Bien qu’ayant élargi depuis son catalogue à bien d’autres saveurs musicales, Warp a ainsi toujours fait preuve d’une fidélité sans faille aux premiers visages qui l’ont hissée de l’avant-garde clandestine des clubs de l’époque jusqu’à la renommée d’un des labels indépendants (encore) parmi les plus respectés aujourd’hui.

Nightmares On Wax est bien de ceux-là, avec ses huit albums au compteur dont le chef-d’œuvre trip-hop Smokers Delight publié en 1995. Le vétéran anglais avait pourtant semblé se chercher au fil de la dernière décennie, tentant un crochet sur les rives d’une production digne de soundsystems jamaïcains avec l’album Feeling Good, avant d’opérer un net retour aux sources sur son dernier long-format en réinvestissant les codes downtempo de ses premières compositions. Tenu lui aussi loin des scènes et des clubs cette année du fait de la pandémie, Evelyn - qui avait fait de son activité de DJ son gagne-pain principal – s’est retrouvé face à lui-même jusqu’à questionner la nature du projet musical qu’il avait amorcé au milieu des années 80.

La réponse à cette interrogation, le producteur l’a finalement trouvée dans la genèse d’un nouveau disque attendu dans les bacs le 29 octobre prochain. Nightmares On Wax vient ainsi d’annoncer la sortie de Shout Out! To Freedom..., un album conçu dans le silence des nombreux confinements qui ont également eu lieu outre-Manche. Un projet qui se veut plus personnel que ses précédentes sorties d’après Warp, et qui se dévoile d’ores et déjà au travers de deux premiers extraits assez prometteurs. 

On y retrouve ainsi le sens du groove feutré d’Elvin sur Own Me, un titre où s’invite la voix chaude d’Abbay Misganaw aka Haile Supreme, ce talentueux New-yorkais d’origine éthiopienne qui a sorti un joli disque plus tôt dans l’année. Un morceau de soul moderne et positive auquel fait écho le très sensuel Wonder, le second extrait mis en ligne où surgit comme une berceuse le saxophone du toujours convoité Shabaka Hutchings. Un vrai moment de chill retrouvé, aux frontières de l’évanescence, et qui met en lumière les nouvelles inspirations vivifiantes du producteur anglais. À suivre.