Menu
Écouter le direct

Le Black Mirror terrifiant de Ryūichi Sakamoto

Publié lepar Ghislain Chantepie
Black Mirror saison 5 | Netflix
Black Mirror saison 5 | Netflix ©Autre

Le grand compositeur japonais signe une BO glaçante pour la célèbre série d’anticipation, à découvrir en écoute exclusive.

C’est une rencontre qui allait de soi. D’un côté, une série britannique qui a bouleversé les codes de la science-fiction dans les années 2010, fondant son succès sur une approche dystopique de notre humanité et promettant aux Humains un cauchemar technologique dans un futur proche. De l’autre, une figure du cinéma japonais qui a composé pour les plus grands, un fou de travail de 67 ans qui signait encore il y a peu une BO magnifique pour The Revenant,  le western glacé d’Alejandro González Iñárritu.

La vie de Ryuichi Sakamoto  semble d’ailleurs n'être consacrée qu’à faire progresser la musique. Encore jeune, ce féru des tous premiers synthés a fait connaitre dans les années 70 la musique électronique naissante avec son stupéfiant Yellow Magic Orchestra. Cette fougue expérimentale des débuts n’a jamais quitté le musicien, qui chercha régulièrement dans les nouveaux instruments (sampleurs, synthés, séquenceurs) la meilleure façon de sublimer piano et autres violons dans ses compositions.

Aujourd’hui, le voilà donc aux commandes de la bande-son de Smithereens, l’un des trois épisodes de la très attendue cinquième saison de Black Mirror. Guettée comme le lait sur le feu depuis deux ans, cette nouvelle anthologie est diffusée en intégralité à partir d’aujourd’hui sur la plateforme vidéo Netflix. Dans l’épisode *Smithereens, * un chauffeur de VTC au bord du gouffre, excédé par l'usage excessif des téléphones portables, prend en otage un passager avant de reprendre le contrôle de ses émotions à l’aide d’une bande audio méditative.

Et c’est bien cette sélection musicale, l’héroïne véritable de cette fiction, qu’a composé Ryuichi Sakamoto prenant ainsi la suite d’autres grands noms tels Max Richter ou Sigur Ros, déjà crédités sur des épisodes précédents de la série. Une collection atmosphérique où les ambiances angoissantes dominent (chase, shot),  même si y percent parfois quelques moments de plénitude (*meditation app, this is my last day, memory of a single moment). * Une musique parfois exogène et souvent déroutante, à l’image d’un avenir sur lequel l’Homme n’aurait décidément plus aucune prise. Terrifiant.

La bande-orginale de BLACK MIRROR: SMITHEREENS sort le 07 juin 2019 via le label Milan Music.