Menu
Écouter le direct

« Last Bloom », les germes techno de Floating Points

Publié lepar Ghislain Chantepie
Sam Sheperd aka Floating Points | Dan-Medhurst
Sam Sheperd aka Floating Points | Dan-Medhurst

Le producteur anglais dévoile une nouvelle pépite électronique, prélude à son nouvel album « Crush ».

Est-ce vraiment notre monde, cette terre désolée sur laquelle s’ouvre le nouveau clip de Floating Points ? Baignée d’abord par des aurores boréales verdoyantes, ses sombres plaines évoquent autant alors celle de la lune Titan que les reliefs de notre bonne vieille planète bleue. Le doute subsiste encore lorsque, sous l’effet d’un soleil lointain, une flore multicolore surgit du sol en time-lapse pour prendre d’assaut les roches et les rivières dans une photosynthèse presque exogène.

Ce Last Bloom est la nouvelle pépite que Sam Sheperd alias Floating Points vient de dévoiler en ligne en guise de prélude à son deuxième album Crush. Et il est à l’image du credo expérimental poursuivi de longue date par ce geek londonien, ancienne étoile du label Eglo Records et maitre DJ à ses heures. Avec ce nouveau disque attendu en octobre chez Ninja Tune, l’Anglais dévoile aujourd’hui une pure facette électronique de son travail alors que ses instincts centrifuges l’ont déjà conduit par le passé vers le jazz stellaire autant que vers la musique ambient.

Avec ses rythmes breakés et ses synthés très organiques, Last Bloom est d’ailleurs une nouvelle démonstration du caractère insaisissable de Floating Points qui mêle sur ce titre à la température variable des racines techno à l’electronica la plus onirique. Un jubilé de machines pour une floraison finale qui fait ici écho au drame climatique, telle une nature hurlante et muette tout à la fois.