À la Philharmonie, Thom Yorke dévoile son nouveau classique

Publié lepar Ghislain Chantepie
Thom Yorke sur scène à Chicago le 29 juillet 2016 | Tim Mosenfelder/Getty
Thom Yorke sur scène à Chicago le 29 juillet 2016 | Tim Mosenfelder/Getty ©Radio France

Le frontman de Radiohead a pris le micro sur « Gawpers », une pièce composée pour les pianistes Katia et Marielle Labèque.

Son absence avait été remarquée à Cleveland le 29 mars dernier : alors que David Byrne intronisait de la plus belle des manières le groupe Radiohead au Rock and Roll Hall of Fame, son leader emblématique Thom Yorke passait son tour ce jour-là pour cause d’agenda surchargé. On aurait pourtant bien vu les deux icônes réunies sur la photo, mais l’auteur de Creep avait bien, ce jour-là et ceux qui suivirent, mille choses à préparer avant le concert donné à la Philharmonie de Paris.

Le chanteur anglais était en effet dimanche soir l’invité live des sœurs Katia et Marielle Labèque, deux pianistes françaises célébrant avec leur projet Minimal Dream House, le travail de John Cage, Philip Glass, et les autres pionniers de la musique minimaliste ainsi que leurs successeurs. Thom Yorke avait annoncé sa participation à ce programme dès le mois de janvier avec la composition Don’t Fear The Light, une pièce strictement instrumentale en 3 mouvements pour deux pianos, électronique et synthétiseur modulaire.

Mais sur la scène de la grande salle Pierre Boulez, Thom Yorke a également pris le micro à la surprise générale sur un nouveau titre intitulé Gawpers, spécialement composé pour ce projet. Au piano de cette composition mélancolique et minimale, Katia Labèque accompagne la voix torturée de Radiohead sur près de 6 minutes tandis que la salle fait silence. Il s’agit là des premières compositions de Thom Yorke pour des musiciens et salles de concerts classiques alors que, rappelons-le, le musicien anglais n’a jamais souhaité apprendre le solfège jusqu'à présent.

Minimalist Dream House # 2 : lundi 08 avril à 20h à l’Auditorium - Orchestre national (Lyon).