Menu
Écouter le direct

La fièvre cadencée de Mawimbi et Ghetto Kumbé

Publié lepar Ghislain Chantepie
Mawimbi Records
Mawimbi Records

Le collectif électronique enrôle le trio colombien sur "El Caribe", premier extrait fusionnel de leur prochain album.

À ma gauche, un solide collectif de producteurs parisiens fondé en 2013 et qui noue depuis ses débuts des liens palpitants entre rythmes électroniques et traditions africaines. À ma droite, un trio colombien adepte de house rituelle et qui vient de publier cet été un premier album aux percussions renversantes chez le label argentin ZZK. Leur rencontre, il y a deux ans, fut presque instinctive et vient de donner un joli fruit baptisé El Caribe, première création commune signée Mawimbi et Ghetto Kumbé.

Pour les cinq de Mawimbi (ondes en swahili), une nouvelle page vient en effet de s’écrire ces derniers mois avec la composition et l’enregistrement d’un disque en mains propres. Après avoir partagé leur goût de la fusion afro-électronique au travers de compilations, djs sets, ou via les sorties de leur label éponyme, les Parisiens annoncent ainsi aujourd’hui un premier long-format auto-produit qu'ils promettent pour le début d’année prochaine.

En guise de bonnes fées, le collectif a donc invité en studio les trois Ghetto Kumbé pour composer et enregistrer, ensemble, un premier extrait du prochain disque des Parisiens. Il faut dire que les deux percussionnistes du groupe, Chongo et Doc Keyta, ainsi que leur chanteur et producteur Guajiro, ont fait du chemin depuis leur passage aux Trans Musicales de Rennes il y a trois ans, cultivant leurs rythmiques entêtantes jusqu’à les faire muer vers une transe qui se passe désormais d’étiquette. 

Ce double appel à danser autant qu’à divaguer a également séduit les Mawimbi et pénètre encore aujourd'hui le tropical El Caribe, un titre à la cumbia mutante et aux rythmes fusionnels où les deux formations se complètent à merveille. Une fièvre cadencée par des senteurs d’ailleurs où l'union fait de nouveau la force, pour le meilleur.