Menu
Écouter le direct

Exclu : « Atlantique », la BO chimérique de Fatima Al Qadiri

Publié lepar Ghislain Chantepie
Mame Bineta Sané et Ibrahima Traoré réunis dans "Atlantique" | Milan Music
Mame Bineta Sané et Ibrahima Traoré réunis dans "Atlantique" | Milan Music

La compositrice koweïtienne signe une ode spectrale au premier long-métrage de Mati Diop, à découvrir en avant-première.

De ses millions de fantômes, l’Atlantique ne montre presque rien aux Hommes. Combien de naufrages, de batailles navales, cachent encore leur tragédie oubliée sous les flots de cet océan redoutable ? Si les armes en partie se sont tues à sa surface, le drame des migrations agite désormais ses vagues aux confins brumeux de l’Afrique et de l’Europe. Et c’est dans cette histoire contemporaine où se noient l’exil et l’espoir que la réalisatrice Mati Diop a trouvé les germes de son premier long-métrage, un film bouleversant primé cette année au Festival de Cannes.

Tourné dans une banlieue populaire de Dakar, Atlantique conte ainsi le destin de quelques ouvriers sénégalais bravant les risques de l’océan au prix d’une vie meilleure sur l’autre rive. De cette odyssée sans retour vont surgir mille ombres qui agiteront ceux restés à terre, les plongeant dans des visions où la mort tente de s’enrouler à l’amour. Native elle aussi du Sénégal, c’est à la compositrice Fatima Al Qadiri que Mati Diop a choisi de faire appel pour donner des notes à ce récit où le souvenir se fait spectral.

Artiste complexe et touche-à-tout, cette électronicienne koweïtienne s’est révélée en 2016 avec la sortie de son deuxième album Brute, une épopée protestataire entre grime et ambient signée sur l’excellent label anglais Hyperdub. Puisant dans sa maîtrise pointue des textures sonores et dans ses propres travaux sur la mémoire, Fatima Al Qadiri offre ainsi aujourd’hui à Atlantique une bande-son passionnante en forme d’harmonie mystérieuse. 

Plutôt que de s’y succéder de façon linéaire, les ambiances se télescopent ici jusqu’à fusionner au sein même des compositions, à l’image de ce Souleiman introductif où la rondeur rassurante d’un xylophone se voit rattrapée par des nappes craintives. La peur d’ailleurs ne cesse d’effleurer cette bande-originale, mais sans jamais vraiment la submerger. A la place, un mystère mélancolique surgit souvent des flots, venu des vertiges sablés d’un Ada And Souleiman, ou encore du sylvestre Body Double, sorte d’essaim électronique où dominent des synthés nocturnes. 

Fatima Al Qadiri | Dom Smith
Fatima Al Qadiri | Dom Smith

Si Fatima Al Qadiri s’est imprégnée d’Atlantique pour en composer la BO, sa signature sonore personnelle est loin d’en être absente. En témoignent ces chœurs exogènes dignes d'Akira dont la productrice est friande et qui rythment l’étrange songe d’Alleil, ou encore ces motifs métalliques qui plongent le final Syrat dans une oscillation futuriste comme en dehors du temps. L'onirisme n’est pas un vain mot sur ce disque, partout présent, mais plus encore dans la trilogie Qasida, une variation lumineuse qui scintille à la frontière du jour et de la nuit. Les mirages de l'océan vous attendent, vous n'avez plus qu'à fermer les yeux.

La BO du film "Atlantique" sort le 27 septembre sur le label Milan Music.