Menu
Écouter le direct

De Freetown à L.A., Kondi Band relance sa transe futuriste

Publié lepar Ghislain Chantepie
Sorie Kondi, la voix et l'âme de Kondi Band || Strut Records
Sorie Kondi, la voix et l'âme de Kondi Band || Strut Records

Le Sierra-Léonais Sorie Kondi et le producteur Chief Boima annoncent un nouvel album et dévoilent "She Doesn’t Love You", un premier extrait fiévreux.

Ils furent, voilà cinq ans de cela, l’une des belles trouvailles dénichées par les Trans Musicales de Rennes. « Ils », c’est ce Kondi Band improbable né d’une rencontre qui le fut tout autant entre Sorie Kondi, un joueur de piano à pouces aveugle qui a gagné sa popularité dans les rues de Freetown et Chief Boima, un producteur électronique de Los Angeles aux lointaines origines sierraléonaises. A ces deux-là s’est ajouté depuis lors le Londonien Will Horrocks du duo LV, recruté par le tandem pour imaginer une suite à leur vivifiant premier album Salone publié à l’été 2017.

Car la fusion entre le lamellophone à 15 touches fabriqué sur mesure par Sorie Kondi et les rythmes électroniques californiens demeure un cocktail au dosage délicat, et qui doit pouvoir conserver intacte la sève afro-futuriste qui irrigue les compositions de ce petit collectif. Le musicien sierra-léonais, parfois qualifié de « Stevie Wonder africain », s’était d’ailleurs déjà fait connaitre dans son pays, avant même sa rencontre avec Chief Boima, par cette soif de rapprochement entre les mélodies de son instrument traditionnel et celles nées des séquenceurs contemporains.

Aujourd’hui, Kondi Band annonce donc un second album à paraitre le 24 septembre prochain via les diggers londoniens de Strut Records. Baptisé We Famous, ce nouveau long-format se découvre d’ores et déjà par le biais d’un premier extrait mis en ligne où s’invite au micro de Sorie la chanteuse Mariama Jalloh, native elle aussi de Sierra Leone. Un titre de groove électronique fiévreux sur le thème du consentement, et qui retrouve le credo afro-futuriste entêtant de la formation avec une griffe dancefloor plus marquée encore.