Menu
Écouter le direct

« Chloroquine », le remède techno d’Arnaud Rebotini

Publié lepar Ghislain Chantepie
Arnaud Rebotini | AR
Arnaud Rebotini | AR

Le producteur hexagonal dévoile un troisième clip issu de sa collection hebdomadaire « This Is A Quarantine ».

On peut toujours compter sur Arnaud Rebotini. Producteur et musicien multi-casquettes, cet as des claviers a connu la renommée en 2018 avec la sortie du film de Robin Campillo 120 Battements Par Minute dont il a signé l’excellente bande-originale. Couronné par un César la même année, le patron de Black Strobe Records n’a pas cessé depuis d’enchaîner les tournées et les projets jusqu’à se retrouver, comme chacun, confiné aujourd’hui chez lui.

Mais à l’instar de bien des musiciens, Rebotini n’entend pas rester les bras croisés à la maison et partage désormais en ligne chaque vendredi un nouveau morceau inspiré de l’actualité, via sa nouvelle série de clips This Is A Quarantine. Après un premier épisode aux allures d’ultimatum kraftwerkien puis une seconde virée connectée la semaine passée, le producteur hexagonal s’attaque aujourd’hui à la chloroquine, cet antipaludique au centre de toutes les attentions depuis la découverte de ses vertus supposées dans la lutte contre la pandémie.

Une nouvelle fois mis en images par l’Institut national de l’audiovisuel (INA) qui puise dans son fond d’archives pour illustrer l’hystérie autour de ce médicament, Chloroquine prend ici des allures de club pharmaceutique avec son rythme nerveux et son groove glacial. Un remède techno disponible sans ordonnance et qui ne doit, ici, rien aux miracles.