Menu
Écouter le direct

« For Beirut », un cri du cœur et une pléiade d’inédits

Publié lepar Ghislain Chantepie
For Beirut | Bandcamp
For Beirut | Bandcamp

Une trentaine d’artistes électroniques dévoilent une vivifiante compilation au profit des habitants de la capitale libanaise, à découvrir en écoute intégrale.

Beyrouth, mardi 4 août 2020. 18 heures ont sonné depuis quelques minutes lorsqu’une violente explosion ravage le port et une grande partie du centre-ville, entrainant dans la mort près de 200 personnes, mutilant des milliers d’autres, et jetant à la rue toute une cité. La capitale libanaise est bien KO debout ce jour-là, dévastée par les fruits d’une inconséquence criminelle s’ajoutant à tant d’autres maux qui la rongent depuis des années.

Bien des artistes ont depuis ce drame exprimé leur amour et leur soutien à Beyrouth, ce trait d’union entre Orient et Occident qui abrite depuis toujours une foisonnante scène culturelle. Cofondateur du festival électronique Decks on the Beach, le Français Olivier Gasnier Duparc a lui aussi frôlé la mort ce jour-là et a perdu, comme tant d’autres, son toit dans l’explosion qui a éventré cette ville dont on a souvent dit qu’elle ne peut mourir.

Avec quelques amis producteurs, eux-mêmes invités réguliers du festival, ce Libanais d’adoption est aujourd’hui à l’initiative d’une nouvelle compilation en soutien aux Beyrouthins et tout juste mise en ligne. 18 compositions aux mille nuances électroniques, toutes inédites et écrites pour l’occasion par une trentaine de producteurs et musiciens indépendants. For Beirut prend ainsi la forme d’un souffle on ne peut plus vivifiant où s’enchevêtrent le cri du cœur du duo hexagonal CLAAP! (Beirut On My Mind), les élancées tribalo-indus de Yuksek (Beirut ma bet mout) autant que les basses et les synthés glacés de Rubin Steiner (This Tempo Kills Fascism).

For Beirut | Bandcamp
For Beirut | Bandcamp

Car face au désastre qui a endeuillé la capitale libanaise, les artistes réunis ici opposent ici la vie et les rythmes d’une ville qui n’a jamais renoncé à la nuit. Et tandis que les clubs gardent portes closes partout dans le monde pour d'autres raisons, For Beirut ose promettre la renaissance des dancefloors au son des bourdons psychédéliques d’Organic Grooves, des sirènes entêtantes d’Acid Arab, ou encore de la disco languissante d’Anoraak & Sarah Maison. Choose Life clame ainsi sur ce disque le patron du label Italians Do It Better Mike Simonetti, Don’t Cry lui répond encore le vétéran de la house hexagonale Dimitri From Paris. Et que revive, très vite, Beyrouth.

"For Beirut", compilation d'inédits en soutien aux habitants de Beyrouth, est disponible à l'achat ainsi qu'aux dons à cette adresse.