Calexico "The Thread That Keeps Us"

- City Slang
The Thread That Keeps Us

Le duo de Tucson prend des airs californiens sur son neuvième album publié en janvier.

Depuis 20 ans, Joey Burns et John Convertino trempent leur Americana sudiste dans un chaudron de musique latino et s'inspire aussi bien du métissage culturel de leur pays que des grands espaces arizoniens. Leur longévité tient à un songwriting toujours impeccable et à cette imprévisibilité créatrice. Deux après Edge of the Sun, Calexico nous livrera The Thread That Keeps Us le 26 janvier, un neuvième opus sur lequel le duo continue ses explorations stylistiques, usant habilement des répertoires indie rock, des envolées pychées,  pop, blues ou country et bien sûr jouant avec les musiques mariachis.

Il y a plus de chaos et de bruit dans le mix que nous l’avons jamais fait avant. C’était très important pour le groupe de continuer à toujours explorer de nouvelles choses. Joey Burns

Pour l'album Algiers, le combo s'était installé  dans le vieux quartier de La Nouvelle Orléans, puis avait pris Mexico comme source d'inspiration pour Edge of the Sun. Cette fois Calexico s'est installé au Nord de la côte californienne dans le home studio Panoramix House : construit à partir de débris et de bois récupéré sur les chantiers navals, lieu très vite surnommé "The Phantom Ship" par le groupe. Une ambiance de fin du monde, étrange et chaotique, qui a donné les couleurs de ces 15 nouveaux titres. Une collection de  titres ponctuée d'interludes instrumentaux qui enrichissent un peu plus la vaste palette de couleurs musicales de l'album avec la ballade western Unconditional Waltz, le rock crépusculaire de Spinball ou le rock psyché de Shortboard.

L'album capture les anxiétés de nos sociétés, mais le duo se défend d'écrire des protest songs et leur préfère des histoires racontées à coup de nuances littéraires, de double sens. Pour ce nouveau son réjouissant, Joey Burns et John Convertino ont se sont entourés des musiciens Martin Wenk, Jacob Valenzuela, Sergio Mendoza, Jairo Zavala Ruiz et Scott Colberg. 

Dans cet âge des extrêmes, Voices In The Field a été inspirée des poèmes de personnes déracinées, exilées a cause des guerres et de l'oppression. C'est une chanson qui nous rappelle d'ouvrir notre coeur et d'écouter d'autres voix qui chantent leurs histoires...J'ai écouté Mavis Staples, Bombino, Joe Strummer ou Bob Dylan. Joey Burns

Calexico sera en concert les :
22 mars 2018 à l’Épicerie Moderne (Lyon)
27 mars 2018 à l’Élysée Montmartre (Paris)

Commentaires