Rosemary Standley & Dom La Nena "Birds on a Wire"

- Air Rytmo
Birds on a Wire

Après la Fip Session Live du 2 mai dernier retrouvez "Birds on a Wire", l'oeuvre baroque et fantasque du duo formé par la chanteuse Rosemary Standley (Moriarty) et la chanteuse-Violoncelliste Dom La Nena

Bird on a wire

Bird on a wire © Radio France

Pour "Birds on a Wire" sorti en mars chez Air Rythmo, Rosemary Standley s’est échappée de Moriarty, le temps de feuilleter un songbook fantasque et gourmand, de Claudio Monteverdi à Leonard Cohen en passant par Purcell, Fairouz, John Lennon ou Tom Waits.

 

Voix de moire et de velours, elle suit les chemins de traverse de sa mémoire et de ses plaisirs en compagnie de Dom La Nena, violoncelliste et chanteuse. Dominique Pinto de son vrai nom, balance entre Europe et Amérique latine. Avec Jane Birkin ou dans Le Condamné à mort de Jean Genet avec Jeanne Moreau et Étienne Daho, cette jeune musicienne, native de Porto Alegre, dans le sud du Brésil et vivant à Paris, a sorti en 2013 l'album "Ela" avec la participation de Piers Faccini, de Tiago Pethit, de Camille, de Kiko Dinucci.  

 

C’est une histoire de rencontres. Celle d’abord d’une chanteuse, Rosemary Standley, et d’une productrice de spectacles, Madamelune, qui ont l’envie de monter un duo de reprises voix et violoncelle. Dom La Nena, toute jeune violoncelliste et chanteuse aux multiples talents rejoint alors la chanteuse de Moriarty. 

L'alchimie est immédiate : dès la première répétition domine l'impression qu'on a affaire là à deux sœurs qui auraient passé leur jeunesse à jouer de la musique dans la même chambre, le soir, à la lueur d'une lampe de chevet.
 

Le disque s’impose. Joueur, émouvant, délicat, fragile, dépouillé, rayonnant de grâce et de naturel, Birds on a wire qui sort chez Air Rytmo, label anagramme de Moriarty, est comme un album photo que l’on feuillette et alors les souvenirs reviennent : on pleure avec All the World is Green de Tom Waits ou Oh My Love de John Lennon, on frisonne avec Blessed is the memory de Leonard Cohen, on rit sur Sambinha signé Dom La Nena, on hyperventile sur Arriba quemando el sol de Violetta Parra, on rêve éveillé sur Panis & Circenses de Caetano Veloso, on frémit sur le traditionnel Duerme Negrito, on ferme les yeux sur Solitude de Purcell. On repense à ces amours passées, envolées, regrettées ou pas. Car à travers les chansons réunies ici, Rosemary Standley et Dom La Nena ne chantent, ne parlent, (presque) que d'amour. D'amants éperdus dont les adresses, les demandes de grâce se perdent dans le vide. 

Nous avions reçu le duo à l'occasion d'une Fip Session Live, de ce moment de grâce reste cette vidéo captée dans le studio.

 

Commentaires