Ruby Rushton "Ironside"

- 22a records
Album jazz de la semaine
Ironside

Le quartet londonien du multi-instrumentiste Tenderlonious sort un pur chef-d'oeuvre de spiritual jazz contemporain.

Limiter le renouveau de la scène jazz de l’underground londonien à Shabaka Hutchings et à l'armada de jeunes pousses du label Brownswood serait forcément réducteur. Avec un premier album sorti en 2011, Two For Joy, le flûtiste, saxophoniste, producteur Ed « Tenderlonious » Cawthorne fait figure de précurseur de ce jazz hybride mêlant jazz d'avant-garde, musiques du monde et culture urbaine du hip hop et de l'électro. C'est en quartet que son projet Ruby Rushton est de retour avec cet album Ironside enregistré aux studios d’Abbey Road. Un album remarquable en écoute ici :

Le flûtiste est accompagné ici par le trompettiste et percussionniste Nick Walters, le claviériste Aidan Shepherd et le batteur Tim Carnegie. Des musiciens virtuoses qui nous embarquent dans une aventure exaltante et sophistiquée, enracinée dans les concepts spirituels de John Coltrane et Yusef Lateef. Les quatre improvisateurs rendent hommage à The Headhunters et Weather Report, à la légende polonaise du jazz, Kristof Komeda, ainsi qu'aux BO de la Blaxplotation de Willie Hutch et Isaac Hayes, aux beats hip hop de J-Dilla et Questlove, à l'afrobeat ou à la Jungle. Les douces ballades jazz se font cosmiques et transcendeantales puis virent à des sommets de groove vertigineux en perpétuelle ascension. Ironside est un pur chef-d'oeuvre de spiritual jazz contemporain.

le quartet Ruby Rushton

le quartet Ruby Rushton © DR

Commentaires