Menu
Écouter le direct

"Juste de passage", nouvelle élégie vertigineuse de Françoiz Breut

Publié lepar Guillaume Schnee
Françoiz Breut @ Simon Vanrie
Françoiz Breut @ Simon Vanrie

Après "Mes péchés s'accumulent", la chanteuse entonne un second poème noir de son septième album "Le Flux Flou de La Foule".

Après Zoo, son bestiaire pop fantasmagorique et merveilleux, Françoiz Breut a choisi l'atmosphère caniculaire et la poésie noire de la jungle urbaine pécheresse pour son nouvel album Le Flux Flou de La Foule attendu le 9 avril. Dans ce nouveau conte musical, la chanteuse et illustratrice fait valser les mots, usant de leur musicalité comme de leur sens. Elle ponctue sa poésie sombre de métaphores brûlantes au gré d'atmosphères sonores et d'orchestrations sans cesse renouvelées. Et si le premier titre, Mes péchés s'accumulent, prenait des airs de fable pop amoureuse sur l’exploration des corps, Juste de passage nous propulse sur l'asphalte de nos routes, témoin des drames de nos sociétés contemporaines. Sur le martèlement haletant de la rythmique et les envolées oppressantes des claviers, l'artiste évoque notamment la course sans fin des migrants pourchassés.

"Un morceau sur la poésie noire du bitume, des lampadaires aux lumières blafardes des bords de route. C'est une sorte d'hommage écrit au moment de sombres histoires sur les autoroutes : des migrants pourchassés, une petite fille tuée dans une course poursuite... des drames abominables et inhumains qui nous rappellent que les transits ne sont pas les mêmes pour tout le monde. nous sommes pourtant tous dans le même sac, de passage assez bref sur terre." explique Françoiz Breut