"The Source" album précurseur d'Ali Farka Touré

Le 23 août 2018 par
"The Source" album précurseur d'Ali Farka Touré
© Ali Farka Touré & Taj Mahal © Jon Mided

Le label World Circuit réédite en vinyle l'un des albums phare du chanteur guitariste malien, père fondateur du "Desert Blues".

Ali Farka Touré était cultivateur mais aussi un multi-instrumentiste surdoué jouant de la guitare, du violon, du djurkélé, de l’accordéon et de la batterie. Dépositaire de la tradition spirituelle sahélienne, il déclarait parler aux djinns, les esprits du fleuve Niger. Souvent simplement accompagné d’un joueur de calebasse le musicien, né dans le village de Kanau, a progressivement développé dans les années 70 une passerelle entre les traditions de son pays et le blues occidental répétant inlassablement ses messages humanistes. Si son premier album Farka sort en 1976, Ali Farka Touré va rencontrer la reconnaissance internationale avec l'album The Source deux ans avant l'immense succès de Talking Timbuktu enregistré avec Ry Cooder.

Mélodies envoûtantes, riffs extatiques, blues hypnotique, The Source est considéré par beaucoup comme le plus beau des albums du bluesman africain, décédé en 2006, qui présentait alors ses premiers enregistrements avec son groupe d’origine Asco avec le chanteur Afel Bocoum et les percussionnistes Hamma Sankare (calebasse) et Oumar Touré (congas). Le son emblématique de sa guitare (et du violon njarka) entre ici en parfaite communion avec ses musiciens et les invités de l'album comme le bluesman américain Taj Mahal sur deux titres et l'artiste anglo-indien Nitin Sawney aux tablas sur un autre.

Disponible pour la première fois en vinyle, l’album a été remixé à partir des bandes de l’époque, il inclut un morceau inédit ‘Takamba’ datant des mêmes séances d’enregistrement.

Commentaires