Rone : "Plus je joue, mieux je me porte"

Le 19 janvier 2018 par
Rone : "Plus je joue, mieux je me porte"
Rone et ses aurores boréales à Groningue le 18 janvier 2018 | G. Chantepie

Le producteur parisien s’est placé en orbite jeudi soir au festival Eurosonic. Rencontre à Groningue avec l’un des fers de lance de la nouvelle French Touch.

Il était presque surprenant de trouver Erwan Castex alias Rone à l’affiche de cette nouvelle édition d’Eurosonic, tant le Français a dépassé depuis bien longtemps le statut « d’artiste émergent » cher au festival hollandais. Et pourtant, alors que son dernier disque Mirapolis se découvre désormais en live au fil de sa tournée, le compositeur électronique est apparu comme un poisson dans l’eau hier soir sur la scène du Dot, l’une des salles les plus renversantes de Groningue.

Alors qu’il accueillait déjà l’ovni Jacque l’an passé, ce planétarium de poche a offert à Rone une mise en orbite spectaculaire, le dôme de la salle figurant dans un mystère cosmique ses aurores boréales électroniques. Rencontre après son concert avec un producteur heureux et pour qui l’expérience du live reste primordiale :                                          

Propos recueillis par Luc Frelon et Ghislain Chantepie (à Groningue).

Commentaires