Les vertiges psyché de Peter Cat Recording Co.

Le 08 mars 2018 par

Auréolé de mystère, le quatuor expérimental indien dévoile un nouveau clip en forme d’extase pop.

Dans la musique,  les anthologies sont généralement le fait d’artistes référencés, point final d’albums en pagaille ou de tournées permanentes. Elles viennent en tous cas conclure une œuvre ou une carrière à tout le moins conséquente. Il est donc pour le moins inhabituel de faire la rencontre d’un groupe totalement inconnu (ou presque) par le biais de la publication d’un best-of de leurs productions sur la dernière décennie. C’est pourtant bien de la sorte que les Peter Cat Recording Co. se présentent pour la première fois dans les bacs hexagonaux, avec la sortie le 30 mars prochain de Portrait Of Time, florilège et morceaux choisis de leurs escapades soniques menées sur des montagnes russes depuis 2010.

Suryakant Sawhney n’est pourtant plus un inconnu dans son pays. Originaire de New-Delhi, le leader de PCRC (oui, l’acronyme fonctionne aussi) s’est fait connaitre sous le pseudonyme Peter Cat dès le début de la décennie avec une ambition jazz un peu gipsy dans laquelle il s'est vite trouvé à l’étroit. Rapidement, d’autres territoires sonores, d’autres ambiances saisissent l’étudiant en cinéma d’alors qui lance ainsi Fifafa, un side-project électronique, tout en continuant à écrire pour Peter Cat Recording Co. Et il s'avère aujourd'hui bien difficile de détailler tout le bric-à-brac sonore dans lequel évolue désormais cet ovni qui ne manque pas de kitsch, sinon leur constance pour un déséquilibre psychédélique particulièrement prononcé.

Dénichés par les Français de Panache Records l'an dernier par la grâce de l’Internet, les PCNC ont mis en route avec eux un nouvel album et (re)publié avant cela un premier clip bien barré, mix de folk dans le cirage et de montées cosmic-disco entêtantes. Avec ce I’m Home  ressurgissant aujourd’hui sur Youtube, c’est à une autre griserie complètement planante que vous convie désormais les quatre Indiens, une balade amoureuse en forme d’extase pop clippée par Suryakant Sawhney himself sur la Grande Muraille. Six minutes d’ivresse en slow-motion, à écouter en scrutant l’horizon et le volume à fond. Gare au vertige.

Peter Cat Recording Co.

 

Commentaires