Les transes nubiennes de Bachar Mar-Khalifé

Le 02 mai 2018 par
Les transes nubiennes de Bachar Mar-Khalifé
Bachar Mar-Khalifé et ses complices / Photo Clément Legrand

Le pianiste et chanteur sort son quatrième album "The Water Wheel" un hommage au oudiste nubien Hamza el-Din.

Avec sa poésie intime et ses rythmiques hypnotiques à l'esthétique unique, le chanteur et multi-instrumentiste Bachar Mar-Khalifé est en permanence au carrefour de la musique classique, de l’électro, du rock, du jazz et des musiques traditionnelles orientales. Pour le pianiste franco-libanais, qu'importe le genre qu'on peut donner à sa musique, complexe et envoûtante, elle fuit les cases à la recherche de l'émotion pure. Après avoir tourné pendant deux ans avec l'album Ya Balad et nous avoir offert une Session Unik superbe avec Christophe, l'artiste quitte le label Infiné et sortira son quatrième album The Water Wheel - A tribute to Hamza El Din le 18 mai chez Balcoon/Caroline International. 

À la première écoute, on entend de la musique traditionnelle. Quand on écoute mieux, on entend les harmonies, la percussion et la basse, la transe, la puissance et l'infini. Et pour moi, c’est du rock. Bachar Mar-Khalifé à propos de "Escalay, The Water Wheel" (1971) de Hamza El Din

Ce nouveau projet est né en 2017 d'une proposition de carte blanche du festival Les Nuits Botanique. Bachar Mar-Khalifé pense aussitôt à Hamza El Din, maître nubien du Oud méconnu en Europe, qu'il a découvert à l’adolescence dans la discothèque de son père, le oudiste libanais Marcel Khalifé. Bachar avait enregistré l'album Ya Balad seul, pour se réapproprier le répertoire de Hamza El Din, il a enrichi son univers musical avec le fuzz du saz amplifié de Priam « Desmond » Bosano, le groove de la basse d’Aleksander Angelov et la fougue de son jeune batteur Dogan Poyraz. À ce trio s’ajoutent pour l’enregistrement, Yacir Rami au oud et Natasha Rogers aux percussions.

Le combo nous entraine dans une collection inouïe de reprises de standards de la musique arabe populaire, chant de batelier du Nil, chant évoquant la récupération de l’eau du Nil. Les beats electro se mêlent avec subtilité aux tempêtes rythmiques acoustiques, les improvisations jazz et les riffs de guitares saturées contrastent avec la voix lanscinante et le piano poétique de Bachar, la pop se mêle par magie aux musiques traditionnelles orientales, le tout avec une cohérence et une intensité émotionnelle rares.  

Bachar Mar-Khalifé couv The Water Wheel

Bachar Mar-Khalifé est en concert :
le 30 mai à La Maroquinerie à Paris
le 14 juin à La Nef à Angoulême
le 15 et le 16 juin au Festival Rio Loco à Toulouse
le 05 juillet Salle Jeanne d'Arc à Saint-Etienne
le 14 juillet au Théâtre Verdière La Rochelle
le 24 juillet au Théâtres Romains de Fourvière

Commentaires