Les songes javanais de Susheela Raman

Le 30 avril 2018 par
Les songes javanais de Susheela Raman
Susheela Raman / Photo Andrew Catlin

La chanteuse sort l'album "Ghost Gamelan" et trempe sa pop hybride dans la richesse musicale des gamelans javanais.

Après les chants extatiques dévotionnels tamouls de l'album Vel et les musiques mystiques soufie et hindoue de Queen Between, c'est à Solo, en Indonésie que Susheela Raman a trouvé l'inspiration. En 2015 La chanteuse londonienne et le guitariste-producteur Samuel Mills se sont associés une première fois avec le compositeur de gamelan contemporain javanais Gondrong Gunarto et son groupe pour graver une version méditative du titre des Beatles Tomorrow Never Knows, à l’occasion du 50ème anniversaire de l'album Revolver. Une expérience fascinante aussitôt renouvelée pour écrire les huit titres de l'album Ghost Gamelan attendu le 1er juin chez Naïve.

La magie de ce nouveau projet est l'extraordinaire alchimie entre la pop protéiforme de Susheela Raman et la richesse des possibilités rythmiques et harmoniques du gamelan cet ensemble d’instruments, typique des musiques de Bali et de Java, joué principalement sur des gongs accordés et quelques cordes pincées. Aux dissonances envoûtantes et aux pulsations rythmiques du gamelan, la chanteuse a ajouté les batteries de Charles Hayward (This Heat) et Malcom Catto (The Heliocentrics), la basse de Dudley Phillips (Robert Wyatt, Bill Withers) et les percussions de Lucie Antunes, membre d’Aquaserge et Moodoïd.

Dans cet univers captivant, le chant de Susheela Raman invite à des méditations sur le changement, la transformation et la mortalité des êtres vivants. Ses textes reflètent les incertitudes de la mémoire, du désir et de l'éphémère. Comme toujours l'artiste nous plonge dans ses rêveries universelles et hypnotiques, passant de tempêtes rythmiques haletantes à des balades sensuelles et fantomatiques, aux confins du surnaturel.

En fait, je pense que toutes ces influences sont là tout le temps, c'est juste que les projecteurs se déplacent. Je ne pense pas vraiment aux cultures en termes d'essences, donc je pense que tout est en place pour l'interprétation. Je n'ai pas l'impression d'avoir des «identités multiples», mais le simple fait d'être soi-même dans un certain contexte va amplifier certains aspects de sa connaissance ou de sa personnalité. je n'ai jamais vraiment trouvé une catégorie de musique à laquelle je pouvais me conformer; Je pense que vous devez juste suivre votre inspiration. Susheela Raman

Susheela Raman couv Ghost-Gamela

Susheela Raman est en concert le 29 juin à la Seine Musicale à Boulogne-Billancourt.

Commentaires