Les mondes glacés de Rival Consoles

Le 13 mars 2018 par

Avec "Untravel", le producteur londonien dévoile une nouvelle perle ambient, prélude à son quatrième album attendu au printemps.

2018, année Erased Tapes ? Alors que l’avant-gardiste label anglais n’en finit plus de récolter les fruits du merveilleux album de son poulain Nils Frahm, c’est un autre surdoué de cette petite écurie qui s’apprête à publier en avril prochain un disque ô combien majestueux. Mais qu’on ne s’y méprenne pas : si Nils Frahm, Olafur Arnalds, et quelques autres incarnent aujourd’hui le prestige néoclassique d’Erased Tapes, le technoïde Ryan Lee West aka Rival Consoles fut bel et bien le tout premier artiste signé par  Robert Raths lorsqu'il lança son label il y a une dizaine d’années.

Depuis, le Londonien a fait du chemin en publiant avec une régularité implacable un album tous les 3 ans, affinant progressivement une ambition electronica où l’intelligence et l’expérimentation sont dorlotées. Attendu au printemps, son nouvel opus Persona s’apprête clairement à suivre la même voie méticuleuse, un constat qui se vérifie au fil des extraits mis en ligne par le producteur. Après le martial et trépidant Unfolding qui ouvrit le bal le mois dernier, c’est avec son double inversé, l’atmosphérique Untravel que Rival Consoles a choisi de dévoiler une autre facette de son travail de composition.

Rival Consoles

Avec ce titre planant, c’est bien dans l’immensité de l’ambient-music que le Londonien semble vouloir nous embarquer aujourd'hui. Une plaine électronique volontairement marquée par des synthétiseurs cinématographiques, dignes des sirènes immortelles que Vangelis fit retentir dans Blade Runner il y a déjà 35 ans. De cinéma, il en est bien question aussi dans le clip qui accompagne ce nouvel extrait et qui prend des allures de promenade mentale. Réalisé par Misha Shyukin, cette vidéo est un miroir à deux faces où l’introspection se télescope avec le voyage spatial. Sont-ce les sols gelés de Mars, de Jupiter ou de Saturne que l’on arpente ici ? Ou bien plutôt des paysages inconnus de l’esprit, où neurones et synapses semblent former la roche pixellisée de cette lande électronique ?

Exogène ou cérébral, le paysage sonore dessiné par Rival Consoles ne manque pas d’interpeller. C’est beau et froid. Futuriste et désertique tout à la fois. Surtout quand, dans le lointain de ces aurores boréales synthétiques, on distingue finalement une silhouette anonyme, figure inattendue et humanisée d'un mystérieux miroir de l’âme.

Rival Consoles cover

 "Persona", nouvel album de Rival Consoles, est attendu le 14 avril 2018 sur le label Erased Tapes

Commentaires