Les contes birmans d'Anne Paceo

Le 10 avril 2018 par
Les contes birmans d'Anne Paceo
Anne Paceo et la formation de "Fables of Shwedagon" / Photo Mayco Naing

La batteuse française sort l'oeuvre "Fables of Shwedagon", une harmonie merveilleuse entre le jazz et la musique traditionnelle birmane.

On le sait, Anne Paceo est une globe-trotteuse rythmique dont la musique, généreuse et tournée vers les autres, se nourrie de ses incessantes tournées à travers la planète au gré de ses multiples projets. Il y a huit ans, elle se rend à Rangoun au Myanmar avec son quartet pour une jam session avec des musiciens birmans et y découvre toute la richesse de la musique de l’orchestre Hsaing Waing, formation traditionnelle vieille de plusieurs siècles. Un nouveau territoire créatif d'expressions, que la batteuse dévoilait déjà son précédent album Circles avec le titre Myanmar Folk Song. Pour ce cinquième album Fables of Shwedagon, Anne Paceo s'est inspiré de mythes birmans et a réussi à réunir deux cultures musicales, bien éloignées l'une de l'autre, dans une même vibration poétique et rythmique.

Si comme dans le jazz, la musique traditionnelle birmane comporte une part d’improvisation, la conception même de la musique diffère et le tempo y est en constant mouvement. Il a donc fallu une écoute mutuelle immense pour trouver un discours et des émotions communes. Pour cette incroyable rencontre humaine et musicale, Anne Paceo s'est entourée de quatre jazzmen amis, tous, comme elle, improvisateurs hors pair et explorateurs du son. La magie fonctionne comme par enchantement et les sons occidentaux se mêlent harmonieusement à la musique complexe de l'orchestre de musique traditionnelle Hein Tint. 

Dans cette fable merveilleuse, le Hne (sorte de hautbois traditionnel) converse et improvise avec le saxophone, le Hsaing Waing (tambours circulaires), le Maung Hzaing (gongs métalliques) ou le Chauk Lone Pat (tambours) dansent avec la batterie, la basse ou le piano et le Si Wa (clochette et woodblock) s'accorde avec la guitare. Les dix musiciens subliment dans un même langage les compositions de Hein Tint et d'Anne Paceo. Impossible de ne pas succomber à la beauté de ces mélodies et de ces joyeuses tempêtes rythmiques venues d'ailleurs. Toujours prête à repousser un peu plus les frontières du jazz, Anne Paceo, qui est en résidence à Coutances, s'est déjà lancée dans une nouvelle aventure nommée Bright Shadows, une nouvelle exploration des voix et de l’électronique qu'elle présentera le 12 mai au Festival Jazz sous les Pommiers.

L'album "Fables of Shwedagon" sort le 20 avril sur Laborie Jazz

L'album "Fables of Shwedagon" sort le 20 avril sur Laborie Jazz

Commentaires