La poésie vocale de Anne Paceo

Le 15 octobre 2018 par
La poésie vocale de Anne Paceo
Anne Paceo / Photo Sylvain Gripoix

La batteuse sort "Bright Shadows" en janvier, un album introspectif et audacieux autour de la voix.

Compositrice et musicienne hors pair, Anne Paceo choisit ses projets au gré de ses voyages, de ses rencontres et d'une perpétuelle quête poétique et humaniste de nouveaux territoires créatifs d'expression. Après avoir célébré les mythes birmans avec l’orchestre Hsaing Waing sur Fables of Shwedagon, la batteuse a développé son nouveau projet Bright Shadows autour de la voix, comme un retour au commencement, à l'expression originelle de la voix et de la percussion. Un album et une musique hybride qui comme toujours défient harmonieusement les frontières stylistiques, mêlant en une même voix, improvisée ou non, la spiritualité jazz au groove ouest-africain ou à la chaleur soul, les mélodies pop à la musique répétitive et à l'énergie rock, les musiques populaires aux choeurs sacrés.

“Tomorrow” a été le premier titre que j’ai composé pour ce disque. Il parle d’amour, de grandir, vieillir ensemble, du temps qui passe et qui peut altérer la relation, du fait que l’on peut s’éloigner l’un de l’autre sans s’en rendre compte. Sur la partie centrale du morceau j’ai cherché à développer des polyrythmies vocales qui s’étoffent et grandissent, pour symboliser le temps qui passe et la relation qui se transforme, jusqu’au retour du refrain, climax du morceau. Anne Paceo

Pour la première fois Anne Pace pose sa voix sur ses mots "pour mieux chanter son poème au monde" nous dit-elle. Elle est accompagnée par les voix magnifiques et inclassables de Ann Shirley Florent Mateo et la musique de ses complices Tony Paeleman, Pierre Perchaud et Christophe Panzani. L'artiste chante ses doutes, ses peurs, sur le temps qui passe, l’importance du monde extérieur sur l’intime, le questionnement de la mémoire et de l’amour. Sur l'intense Stranger, Anne Paceo évoque les crises migratoires tandis que l’héroïsme de la guerrière zimbabwéenne Nehanda Nyakasikana a inspiré le féminisme de Nehanda, sur lequel l'artiste a choisi "d’inventer une langue imaginaire et incantatoire pour lui rendre hommage".

Retrouvez les dates de concert de Anne Paceo ▶

Commentaires