Jeff Mills dans le vortex du jazz fusion

Le 07 septembre 2018 par
Jeff Mills dans le vortex du jazz fusion
Jeff Mills au festival Jazz à la Villette en 2017 à Paris | Charbit / Getty

La légende techno réunit son quartet expérimental Spiral Deluxe dans un nouveau disque cosmique.

Jusqu’où ira Jeff Mills ? La variété des derniers projets du producteur américain étonne aujourd’hui autant qu’elle réjouit. Qui pourra se plaindre en effet, que cette légende de la techno made in Detroit puisse passer son temps en studio et sur scène avec Tony Allen, l’orchestre symphonique de Toulouse ou encore avec son mystérieux quartet expérimental Spiral Deluxe ? C’est en tous cas avec cette dernière formation que le vétéran du label Underground Resistance revient aujourd’hui avec un nouvel EP dont le titre Voodoo Magic sonne comme une franche promesse d’ailleurs.

L’ailleurs, c’est le grand œuvre de Jeff Mills depuis des années maintenant. La techno fondatrice de son projet musical s’est muée au fil du temps en un vecteur sonore tourné vers des univers parallèles tels que le cinéma, l’espace, ou encore le jazz. Et lorsqu’il décide de rendre hommage au grand explorateur John Coltrane il y a deux ans, c’est avec le saxophoniste Emile Parisien qu’il prend la scène pour une performance live qui reste encore dans toutes les mémoires.

Avec Spiral Deluxe, Jeff Mills souhaite retrouver les sensations de la production expérimentale propre à la composition collective. Entouré de musiciens particulièrement capés, il a souhaité enregistrer en deux jours seulement une poignée de créations avec ce super groupe dont les membres partagent des expériences musicales qui transgressent les frontières des genres et des étiquettes. Dans le creuset du studio Ferber à Paris, le quartet éphémère composé des Japonais Yumiko Ohno et Kenji Hino, et du producteur américain Gerald Mitchell a ainsi fait converger piano, basse et synthés Moog autour des fidèles boites à rythmes de Jeff Mills.

Aux commandes de sa TR-909, l’Américain a bel et bien retrouvé ses réflexes de batteur jazz, l’une de ses premières expériences musicales à la fin des années 70. Si l’absence volontaire de cuivres dans la formation peut questionner, le résultat de cette session marathon est une vraie réussite qui fusionne la chaleur organique des cordes avec la précision impeccable des beats les plus industriels. Tantôt improvisée, tantôt programmée, la rencontre des deux mondes devient ainsi un prétexte pour revenir aux sources communes des deux musiques, leur capacité indéniable à frapper les sens. Car version jazz ou techno, Jeff Mills ne perd jamais de vue ce qui a fait de lui l’une des plus grandes figures de la scène de Detroit : son obsessionnel et intarissable sens du rythme.

Exclu FIP : découvrez le titre Let It Go, extrait de Voodoo Magic et remixé ici par le grand producteur house Terrence Parker :

"Voodoo Magic" est sorti le 07 septembre sur le label Axis Records.

Commentaires