Gibson sur la corde raide

Le 19 février 2018 par
Gibson sur la corde raide
Bob Dylan et sa Gibson Les Paul en 1975 | Meyerowitz/Getty

La légendaire marque de guitares fait face à une dette gigantesque qui pourrait la conduire dès cette année à la faillite.

La banqueroute est-elle proche pour Gibson ? Le fabricant centenaire de guitares a levé le voile la semaine dernière sur une situation financière pour le moins inquiétante. Dans un court communiqué repéré par le site d'information Nashville Post, la firme américaine a révélé la semaine dernière l’existence d’une dette de près de $375 millions dont le recouvrement doit être effectif avant l’été, sous peine d’un remboursement immédiat de prêts supplémentaires d’un montant de $145 millions. Autant dire, un véritable mur d’argent pour une compagnie dont le chiffre d’affaires annuel avoisine aujourd'hui le milliard de dollars.

Et c’est dans ce contexte électrique que le directeur financier de Gibson vient de claquer la porte, à peine 6 mois après avoir rejoint cette entreprise iconique. D’après Nashville Post, l'inoxydable patron de Gibson Henry Juskiewicz se retrouve aujourd’hui devant un choix cornélien avec seulement 3 options devant lui : renégocier sa dette, céder une partie du capital, ou encore placer Gibson sous la protection de la loi sur les faillites… c’est-à-dire déclencher l’éventuelle liquidation de la société.

Pourtant récemment refinancée par un fond d’investissement à hauteur de $130 millions, Gibson avait déjà cherché ces derniers mois à s’offrir un bol d’air en mettant en vente son siège trentenaire situé à Nashville. Cela n’a visiblement pas suffi pour la marque à l'origine dde la mythique Les Paul (en 1952) et autre SG alors que, rappelons-le, une bonne partie du panthéon rock s’est fait les doigts sur les dizaines de modèles de guitares (électriques ou non) produites par la firme depuis sa création en 1902. 

Et sinon, pour la petite histoire, Les Paul était aussi un génial inventeur et guitariste avant de donner son nom... à une guitare :

Commentaires