Décès de Jalal Mansur Nuriddin de The Last Poets

Le 06 juin 2018 par
Décès de Jalal Mansur Nuriddin de The Last Poets
Jalal Mansur Nuriddin / Photo David Corio/Redferns/Getty

Surnommé "The Grandfather of Rap", le poète et activiste de Brooklyn nous a quittés à l'âge de 74 ans.

Alors que le groupe culte de Harlem The Last Poets fête ses 50 ans d'existence avec l'album Understand What Black Is, en Sélection Fip, nous venons d'apprendre la disparition, lundi 4 juin, de l'un de ses membres fondateurs Jalal Mansur Nuriddin. Le poète et slammeur né en 1944 à Brooklyn s'était associé à Gylan Kain, David Nelson, et Felipé Luciano pour déclamer leur poésie militante et urbaine sur des percussions africaines et des airs de jazz avant-gardiste. "Rythm And Poetry" acronyme parfait pour le proto-rap révolutionnaire de Jalal Mansur développé dans le parc Marcus Garvey d'East Harlem, en 1967, en pleine ère Black Power et après l'assassinat de Martin Luther King.

Le combo se scinde en deux et Right On, une BO d'un documentaire sort en 1967 sous le nom de The Original Last Poets. De son côté Jalal Mansur, sous le pseudonyme de Alafia Pudim, reforme The Last Poets avec Abiodun Oyewole et Omar Bin Hassan et sort un premier album homonyme en 1970. Avec des titres rageurs comme Run, Nigger, Niggers Are Scared of Revolution ou When the Revolution Comes, l'album va influencer des générations de rappeurs à commencer par Public Enemy. Poète, acuponcteur, enrôlé dans l'armée après une incarcération, puis pour avoir refuser de saluer le drapeau américain, l'éternel séditieux Jalal Mansur participe à l'album This Is Madness en 1971, Chastisement en 1973 puis At Last en 1974.

Son titre de "The Grandfather of Rap", Jalal Mansur le devait surtout à son album Hustlers Convention publié en 1973 sous le nom de Lightnin' Rod. L'artiste y mêlait son slam flamboyant au funk de Kool & the Gang, Tina Turner et au jazz de Cornell Dupree et Bernard Purdie, un son nouveau, inégalé qui va faire le bonheur des block parties des pionniers du hip hop Melle Mel, Grandmaster Caz, Fab 5 Freddy.

Véritable acte fondateur du genre urbain avec ses histoires déclamées à la première personne de Sport and Spoon, deux arnaqueurs de rue, Hustlers Convention va inspirer les Beastie Boys, Ice T, KRS-One ou le Wu-Tang Clan. Chuck D va d'ailleurs produire un documentaire du même nom sur les racines du hip hop largement consacré à l'album. Jalal Mansur Nuriddin va par la suite s'engager sur de multiples projets, retrouver The Last Poets en 2008 puis s'installer en Europe à Aix-en-Provence en en Angleterre avant de rentrer à New York en 2009.

Commentaires