Dans la fournaise des boums sud-africaines

Le 25 janvier 2018 par
Dans la fournaise des boums sud-africaines
Le groupe afro-synth Zasha dans les années 80 | DR

Une nouvelle compilation exhume 16 pépites enregistrées dans le volcan politique et musical de l'Afrique du Sud des années 80.

Tiens, une nouvelle compilation thématique. Une de plus ? Avec l’explosion de la musique en ligne d’une part et le revival du vinyle de l’autre, voilà des années maintenant que les conditions sont particulièrement favorables à la sortie de collections spatio-temporelles plus ou moins inspirées, selon le thème retenu et celui qui en est à l’origine. Un filon bien rodé, mais qui conduit parfois au trop-plein, voire à la déception. Aucun risque à prendre, en revanche, avec le valeureux label anglais Soundway, maison historique du genre : chez ces diggers nés qui accueillent dans leur roster The Heliocentrics, Batida ou encore les Meridian Brothers, la compilation reste un art noble qui se cultive patiemment, dans la recherche et avec goût.

A l’instar de leurs frères d’armes de Strut, Souljazz ou Mr Bongo, Soundway publie ainsi régulièrement des expéditions sonores et temporelles, ciblant un pays ou une région à une époque bien précise, pour y dénicher des oeuvres dignes d'être ré-éditées. Après une belle trilogie consacrée au Panama musical des années 60, le label avait fait fort en 2016 avec une superbe somme consacrée à la culture club du Lagos des années 80. L’Afrique reste en effet un immense réservoir à musiques oubliées, à disques perdus et à tubes enterrés, mais seuls des collectionneurs avertis et respectueux sont à même d’exhumer ces trésors sans passer pour des pillards de service.

Avec Gumba Fire, Soundway fait cap cette fois-ci vers l’Afrique du Sud de la fin des années 80, lorsqu'une fièvre irrespirable agite alors le pays. Tandis que la série Next Stop Soweto de Strut avait exploré dans le détail la fougue musicale des townships, Soundway s'intéresse ici à une niche musicale aussi chaleureuse que méconnue, celle de la soul dite « bubblegum » et du synth-boogie. Alors que le régime de l’apartheid vit ses dernières heures, les artistes sud-africains inventent alors une sorte de post-disco locale, boostée au groove électronique et à la chaleur de la soul américaine.

Premier extrait dévoilé par le label, My Brother est un véritable hit en puissance. Une petite bombe signée par un groupe, The Survivals, à priori parfaitement inconnu sous nos lattitudes. Le plus surprenant est peut-être l’étonnante modernité instrumentale qui se dégage d’un tel titre, et que l’on pourrait croire à certains égards inspiré des productions de la techno tropicale la plus actuelle. Au croisement de la pure tradition analogique et de la house naissante, nourrie d’effluves du Mbaqanga local, cette « bubblegum soul » apparait ainsi comme un petit miracle temporel, et qui témoigne de la créativité inébranlable de cette jeunesse pleine d'espoirs, sur les dancefloors comme dans la rue.

Ntombi Ndaba

Gumba Fire: Bubblegum Soul & Synth​-​Boogie in 1980s South Africa est attendu le 9 mars prochain sur le label Soundway

Commentaires