Charles Aznavour est mort

Le 01 octobre 2018 par
Charles Aznavour est mort
Charles Aznavour à Barcelone en 2018 / Xavi Torrent/Redferns/Getty

Le chanteur français le plus connu à l'étranger s'est éteint dans la nuit de dimanche à lundi, à l'âge de 94 ans.

L'infatigable interprète de La Bohème, Je m'voyais déjà ou Emmenez-moi revenait d'une tournée au Japon et devait encore se produire en novembre et décembre à la Seine musicale, près de Paris, puis en mini-tournée en France. "Je ne suis pas vieux, je suis âgé. Ce n'est pas pareil", se plaisait-il à nuancer. Une façon espiègle de défier le poids des années pour celui dont le couronnement artistique est venu assez tardivement, à 36 ans, le 12 décembre 1960 à l'Alhambra.

En soixante-dix ans de carrière, celui qui voulait être acteur a composé et écrit 1 400 chansons, parfois pour d'autres comme Juliette Gréco, Gilbert Bécaud ou Edith Piaf. Une longue vie de Bohème qui l'amena sur les scènes de 94 pays, chantant en sept langues. Plus de 100 millions de disques vendus dans le monde entier, Charles Aznavour était une star mondiale et un ambassadeur de la chanson française.

Né Shahnourh Varinag Aznavourian le 22 mai 1924 à Paris de parents arméniens, chantait l'universalité et avait très tôt intégré le métissage des genres musicaux d'où qu'ils viennent, devenant ainsi l’idole des générations issues de l’immigration. Un immense compositeur-interprète qui chantait comme personne les sentiments, avec une mélodie et une précision des mots rares.

Parfois brocardé à ses débuts pour sa petite taille et sa voix, Aznavour a entretenu son mythe par la scène, dans les salles les plus prestigieuses du monde. Comme une revanche sur tous ceux qui ne lui prédisaient aucun avenir et qui "sont tous morts depuis longtemps, alors que moi... je suis encore là", cinglait-il.

Il avait commencé comme acteur, un rêve lui aussi réalisé en tournant dans plus de 60 films sous la direction de cinéastes comme Mocky (Les dragueurs), Cocteau (Le Testament d'Orphée), François Truffaut (Tirez sur le pianiste), Volker Schlöndorff (Le tambour), Claude Chabrol (les fantômes du chapelier), Denys de La Patellière (Un taxi pour Tobrouk), Claude Lelouch (Edith et Marcel et Viva la vie), Atom Egoyan (Ararat) ou Christian Marquand pour l'incroyable film érotico-psychédélique Candy en 1968.

Dans l'une de ses chansons, "J'abdiquerai", Aznavour évoquait la mort en s'amusant ironiquement de son statut de monument de la chanson: "S'il me reste encore un beau spectacle à faire/Un bel enterrement flatterait mon ego".

Commentaires