Angélique Kidjo célèbre les racines africaines de Celia Cruz

Le 17 avril 2019 par
Angélique Kidjo célèbre les racines africaines de Celia Cruz
Angélique Kidjo / Laurent Seroussi

La chanteuse béninoise sort "Celia", un hommage détonant à la diva cubaine, et dévoile le titre "La Vida Es Un Carnaval".

Angélique Kidjo était déjà partie sur les traces de grandes artistes militantes qui avaient connu, comme elle, le chemin de l'exil. Après Miriam Makeba et Nina Simone, la chanteuse béninoise, aujourd'hui installée à New York, s'est plongée dans le répertoire de l'une des plus grandes chanteuses cubaines, Celia Cruz, dans l'album Celia attendu le 19 avril. Elle y explore avec modernité toute l'africanité de l'artiste cubaine, de ses oeuvres de jeunesse gravées dans les années 50 sur l'île, à celles enregistrées à New York avec Tito Puente puis au sein de Fania Records, époque où elle reçut le titre de Reine de la Salsa.

A voir : la Session Unik d'Angélique Kidjo avec Catherine Ringer sur "Il est cinq heures, Paris s'éveille" ▶

"J’ai demandé à David Donatien d’aller fouiller dans les années 1950, quand Celia était profondément attachée à la culture noire. Je voulais montrer la constance de Celia Cruz à travers différentes époques de sa vie, de La Havane à New York. C’est important pour moi de faire comprendre que si je fais de la musique, c’est pour raconter une histoire de notre humanité. La musique nous rappelle constamment que nous ne sommes pas si différents que ça". Angélique Kidjo

Angélique Kidjo a découvert Celia Cruz lors d'un concert à Cotonu puis chanté le titre Quimbara avec l'artiste à Paris mais n'a jamais pu enregistrer avec la chanteuse métisse surnommée "Café com leche". Avec l'aide du multi-instrumentiste et arrangeur David Donatien, Kidjo se réapproprie dix titres de la diva dans un cocktail orchestral exaltant où les rythmes africains sont rois.

Les pulsations des tambours yorubas, omniprésents dans la culture cubaine, se mêlent à la musique éthiopienne et s'envôlent aux côtés des cuivres flamboyants de la fanfare du Gangbé Brass Band, du percussionniste cubain Pedrito Martinez ou du guitariste du togolais Amen Viana. Une musique universelle, dansante et fédératrice comme cette version magnifique de La Vida es un Carnaval, un titre composé par l'Argentin Victor Daniel et enregistré par Celia Cruz en 1998. Enregistré entre New York et Paris, l’album bénéficie d'une pléiade d'invités comme le batteur nigérian Tony Allen, Meshell Ndegeocello (ici à la basse) ou le quartet jazz de Shabaka Hutchings Sons of Kemet.

Angélique Kidjo est en concert :
le 14 mai au Bataclan à Paris
le 17 mai à Aix En Provence
le 25 mai au festival Jazz Sous Les Pommiers à Coutances
Le 16 juin au festival Rio Loco à Toulouse

Commentaires